Au pied du mur

Critique de Mur, d’Amanda Sthers, vu le 5 juin 2014 au Petit Théâtre de Paris
Avec Nicole Calfan et Rufus, dans une mise en scène d’Anne Bourgeois

Ça faisait déjà plusieurs temps que j’avais envie d’aller voir ce spectacle. Parce que les comédies romantiques autour de ce thème amour/haine et de l’évolution progressive des relations entre deux personnes que tout semble opposer me plaisent, parce que Rufus est un comédien que j’admire beaucoup, parce que Nicole Calfan est une actrice d’expérience, parce que tout semblait alléchant.

Mais assez vite, il s’est avéré que tout était bien moins rose que ce que je m’étais imaginé. La pièce s’ouvre en musique, les deux personnages s’installent. Elle est une maîtresse à la retraite, elle fait du piano à longueur de journée dans l’espoir de parvenir à jouer la Lettre à Élise un jour. Lui est un officier également à la retraite, bougon mais attachant ; il ne supporte plus la musique – que dis-je, le bruit ! – qui lui vient de l’autre côté du mur. Et pour faire cesser ce dérangement constant, il décide de lui écrire une lettre, ce à quoi elle répondra par une autre lettre, qui enchaînera toute une rimbabelle de lettres, puis une invitation à dîner qui se transformera en rendez-vous galant… Plutôt bonne idée de départ, mais malheureusement assez mal utilisée.

En effet, le spectacle ne décolle pas. Et ce tout d’abord à cause du texte d’Amanda Sthers. Une écriture pareille, ça ne devrait pas être autorisé. Il n’y a aucun fil directeur, ça part dans tous les sens – d’ailleurs ça n’en a pas toujours, du sens – et parfois, on sent que ça se voudrait poétique mais.. ça tombe à plat. L’écriture est le gros défaut de ce spectacle. Un manque d’intention, un manque évident de maîtrise des codes théâtraux, qui aboutissent fatalement à un manque d’attention du spectateur, que les deux acteurs comblent tant bien que mal.

Et pourtant, ils sont bons. On s’attache assez vite à ces deux personnages et à leurs caractères bien à eux. Rufus campe à merveille ce vieil acariâtre psychorigide au coeur tendre, et Nicole Calfan interprète la pianiste amateur avec vivacité et sourire : mais les personnages n’étant que grossièrement dessinés, il leur est assez vite difficile de se donner corps et âmes pour leurs personnages respectifs. Cependant ils parviennent toujours à attirer l’attention d’un spectateur qui s’était perdu ou désinterressé, et à le faire revenir dans la partie. On attendrait cependant des deux acteurs des partitions plus adaptés, des rôles plus intéressants, à la hauteur de leur jeu.

Heureusement que le texte est court, et que les acteurs sont bons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s