A coeur ouvert

3_reparer_q-2000x2590

Critique de Réparer les vivants, d’après Maylis de Kerangal, vu le 23 septembre 2016 au Théâtre du Rond-Point
Avec Emmanuel Noblet, dans une mise en scène de Emmanuel Noblet et Benjamin Guillard

Il est de ces spectacles qui ressortent du lot lors du Festival d’Avignon. C’est le cas de Réparer les vivants, coup de coeur du OFF 2015, et l’un de mes gros regrets. J’en ai tellement entendu parler qu’il n’était pas pensable de ne pas me rendre au Théâtre du Rond-Point, maintenant que le spectacle y a établi résidence.

Histoire étrange s’il en est au théâtre, ou du moins tellement inhabituelle. Elle raconte la mort de Simon Limbre, un adolescent de 20 ans victime d’un accident de voiture après une séance de surf lors de laquelle il nous semblait si jeune, si vivant. Le jeune homme est en mort cérébrale lorsqu’il arrive à l’hôpital : son cerveau ne présente plus d’activité mais son coeur bat et il respire grâce aux machines. Néanmoins, selon les définitions révolutionnaires de 1959, son cerveau ayant cessé de fonctionner, il est bel et bien mort.

Je ne sais pas ce qu’il se passe durant ce spectacle, mais on est pris dans cette histoire dès le prologue, lorsque cette voix de femme raconte le repos de Simon Limbre, ce repos calme durant lequel son coeur bat régulièrement, un coeur qui aurait encore tant à vivre. Et c’est notre coeur qu’on sent plus que jamais présent dans nos poitrines, la conscience de la vie si présente, la conscience de la mort, que l’on essaie d’oublier à chaque instant et qui est pourtant potentiellement si proche…

Je n’avais pas lu d’interview d’Emmanuel Noblet avant de voir le spectacle, et je suis pourtant sorti en me disant : ce texte doit être lu ou monté par cet acteur. Comme une nécessité. Je suis intimement persuadée que monté par un autre comédien, il n’aurait pas le même rendu. La nécessité se lit dans son regard, la passion se devine à travers ses mouvements, l’attachement au texte se ressent dans son ton. Il compose tous les personnages un à un avec une impressionnante facilité : de Simon au vieux chirurgien respecté, en passant par les parents de l’adolescent, sa copine, le chirurgien en charge du prélèvement de l’organe, ou le médecin chargé du dialogue avec les parents, tous les sentiments passent et traversent lentement nos organes, gelant parfois nos muscles, accélérant nos battements de coeur.

Je comprends qu’un thème tel que le don d’organe peut repousser en premier lieu. Néanmoins, Emmanuel Noblet sublime ce texte qui pourrait paraître probablement plus terne sans lui. Vite, on voit plus loin qu’un simple prône du don d’organe. J’ai étrangement pris conscience, lors de cette soirée, d’une des raisons pour lesquelles le théâtre m’étais si indispensable : certes, cela permet de s’échapper, de s’évader, mais plus loin encore, cela permet de vivre d’autres vies que la sienne. Sur la scène de Réparer les vivants, le coeur bat. Ce n’est plus ma vie qui compte, mais bien la vie qui se déroule sous mes yeux, en accéléré. Le théâtre de la vie.

Pas besoin d’être greffé pour être choqué au coeur : par ce don de soi total, Emmanuel Noblet signe un grand spectacle. Bravo. ♥ ♥ 

c806271f7bc1759cb1cb2504c122c617

Une réflexion sur “A coeur ouvert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s