Têtes d’affiche, malheureux stratagème

Edouard7_LHS_600x900-v2.jpg

Critique de L’heureux stratagème, de Marivaux, vu le 9 octobre 2019 au Théâtre Edouard VII
Avec Eric Elmosnino, Sylvie Testud, Suzanne Clément, Jérôme Robart, Jean-Yves Roan, Simon Thomas, Roxane Duran et Florent Hill, dans une mise en scène de Ladislas Chollat

Cela faisait partie de ma must-see list de la rentrée. L’affiche était attirante, le texte envoûtant, la distribution clinquante, la mise en scène nous mettait en confiance : bref, c’était la promesse d’une bonne soirée. Je ne mets que rarement les pieds à l’Edouard VII et j’étais ravie de retrouver l’un des plus beaux théâtres privés parisiens, son bar attractif, sa salle rouge et or. Vous l’avez compris, j’avais des étoiles plein les yeux. Mon ciel s’est rapidement couvert.

La Comtesse et Dorante coulaient le parfait amour jusqu’à l’arrivée du Chevalier. Trouvant sans doute sa situation trop stable, son amour sans vague, son prétendant trop parfait, celle-ci se laisse séduire par le Chevalier et délaisse son ancien amant, qui, mâle simple bien loin d’imaginer les manigances inconscientes de sa moitié, ne comprend d’abord pas du tout ce revirement de situation. C’est grâce à la Marquise, qui a été délaissée par le Chevalier et qui, elle, devine le jeu de la Comtesse, qu’il va comprendre le pourquoi du comment et, aidé par elle, renverser une situation fausse pour – presque – chaque coeur.

C’est la deuxième fois que je vois ce texte de Marivaux. En deux fois, il est peut-être devenu ma pièce préférée de l’auteur. Dois-je redire une nouvelle fois mon amour pour ses textes, sa clairvoyance de l’esprit féminin tout en contradictions qui transparaît sans jamais une once de misogynie à travers ses dialogues toujours précis et ciselés à la perfection ? Même si j’ai été heureuse de retrouver ce grand texte ce soir, j’avoue que mes oreilles ont un peu saigné parfois.

J’adore Ladislas Chollat. Découvert sur le tard dans sa mise en scène du Père de Florian Zeller, c’est, pour moi, dans Les Cartes du Pouvoir qu’il a révélé tout son talent de mise en scène. Même dans les plus récents Inséparables à l’Hébertot qui, je dois le reconnaître, ne m’avaient pas laissé un souvenir impérissables, il apportait sa patte et rendait le moment plus qu’agréable. Mais je ne suis pas sûre qu’il soit fait pour la langue de Marivaux dans laquelle chaque virgule doit être incarnée par son interprète et où la subtilité règne en maître. On devrait presque entendre les pensées des personnages par-dessus leurs répliques. Et je ne sais pas si le travail sur le texte a été suffisamment poussé pour permettre à Marivaux d’être correctement entendu…

Je ne sais pas vraiment sur qui rejeter la faute. A-t-il fait le choix de ses guests ou lui a-t-on imposé ? A-t-il échoué à diriger ses acteurs ou Marivaux lui a-t-il échappé ? Le fait est qu’il semble avoir fait le choix de jouer Marivaux comme un boulevard et que ça ne prend pas. Sa distribution tape-à-l’oeil composée de guests peine à faire vivre le texte et on en vient à interroger la présence de Sylvie Testud sur un plateau de théâtre – elle n’avait pas remis les pieds sur une scène depuis 2011. Autant elle me convainc tout le temps au cinéma, autant là je n’ai pas compris sa proposition. Mangeant ses mots, la voix trop monotone, atteinte de la bougeotte, sa Comtesse n’est qu’un spectre sur scène – mais un spectre autour duquel tout le monde gravite, ce qui handicape beaucoup le spectacle. Je ne suis pas beaucoup plus convaincue par Suzanne Clément dont le jeu est sans relief. C’est finalement Eric Elmosnino, qui m’avait habitué à un jeu plus cabotin, qui s’en sort le mieux. Il a été bridé juste ce qu’il faut, nous laissant entendre ses fins de phrases tombantes assez rarement pour créer vraiment le rire, trouvant l’émotion juste dans le désespoir initial comme dans l’explosion finale de son amour. Il est vraiment délicieux en Dorante.

On en attendait beaucoup mieux. Stratageme_original_backup.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s