Le fil (et le plomb)

Affiche-Un-fil-à-la-patte-1

Critique d’Un fil à la patte, de Georges Feydeau, vu le 8 juin 2018 au Théâtre Montparnasse
Avec Catherine Jacob, Jean-Pierre Michaël, Christelle Reboul / Noémie Elbaz, Marc Fayet, Adèle Bernier, Bernard Malaka, Patrick Chayriguès, Cédric Colas, et Stéphane Cottin, dans une mise en scène de Christophe Lidon

On arrive dans cette période de l’année où soudainement, comme par magie, mon agenda s’allège : la saison se termine doucement, pour laisser place à l’été et au temps des Festivals. Mais pas seulement ! Vient aussi le temps des spectacles de l’été, ceux qui raviront les touristes comme les passionnés en mal de théâtre. Et pour choisir ces pièces, le mot d’ordre est au rire : quoi de mieux alors qu’un bon Feydeau pour soulever les salles ?

Bois d’Enghien est embêté : lui qui était revenu chez sa maîtresse pour rompre, la voilà qui s’emballe à nouveau sur une possible histoire d’amour. Il faut dire que Lucette Gautier est folle de lui ! Comment lui annoncer alors son mariage avec Viviane Duverger le soir-même ? Qu’importe, l’homme est lâche, il ne lui annoncera pas tout de suite. Mais la vérité le rattrape puisque la Baronne Duverger, sa future belle-mère, décide d’inviter la divette Lucette Gautier à chanter pour animer le mariage… comment s’en sortir, alors que ni son amante, ni sa fiancée, ni sa belle-mère ne sont au courant de ses frasques ?

Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu cette impression : devant la mise en scène de Christophe Lidon, des flashs d’autres représentations me revenaient. Impossible en effet de me défaire de l’interprétation de José Paul dans la mise en scène d’Alain Sachs il y a presque 20 ans. J’ai dû la revoir une fois en DVD depuis, mais José Paul possédait tellement le personnage qu’il s’est gravé dans ma mémoire. Il faut dire aussi que Jean-Pierre Michaël, s’il a le physique parfait pour interpréter Bois d’Enghien, ne dispose absolument pas de l’aplomb comique qui sied au personnage. Manquant de rythme, il passe totalement à côté – ce qui est bien dommage pour un rôle principal.

D’autant plus regrettable qu’autour de lui, la troupe est d’un absolu dynamisme, rendant un bel hommage à la pièce de Feydeau. C’est Christelle Reboul qui interprétait Lucette Gautier le soir où je suis venue (elle est en alternance avec Noémie Elbaz) : si ma première rencontre avec la comédienne dans l’Amphitryon de Stéphanie Tesson était bien plate, la voilà transcendée par son rôle : piquante, légère – Lucette Gautier à souhait ! – sa composition est pleine de charme. Mais c’est Catherine Jacob que tout le monde semblait attendre : dans la salle, lors de son entrée en scène, l’enthousiasme se fait sentir. Il faut dire que sa Baronne Duverger est réussie ! Peut-être un poil cabotine – mais juste ce qu’il faut – elle étonne par sa folie aérienne et sa diction précise. Marc Fayet, que l’on avait déjà découvert dans un Bouzin raté dans la mise en scène d’Alain Sachs, se range cette fois-ci dans la lignée de la composition mythique de Robert Hirsch et propose un personnage toqué et parfaitement rythmé, lui permettant de retrouver son potentiel comique.

La mise en scène de Christophe Lidon est une grande réussite : l’entrée en matière nous met dans l’ambiance des folles nuits de cabarets qui accueillent la divette Lucette Gautier et les changements de décor se font toujours de façon très rythmée. J’ai particulièrement apprécié l’utilisation de la vidéo : le décor est comme complété par une projection en fond de scène, permettant de beaux trompe-l’oeil – par exemple, on voit un comédien arriver de très loin vers le portail puis entrer en scène, et il ne s’agit en réalité que d’un raccord parfaitement maîtrisé. Cela permet aussi le bon déroulement du troisième acte, qui nécessite bon nombre de figurants. J’ai trouvé le procédé à la fois très ingénieux, pas du tout tape à l’oeil et employé à sa juste mesure. Joli !

Un spectacle qui pourrait frôler l’excellence avec le changement de distribution adéquat ! ♥ ♥

MG_9346

© J. Stey

La Vérité, Théâtre Montparnasse

ad52e4fa-2d52-11e0-a643-6d25c2d3d99c.jpg

Critique de La Vérité de Florian Zeller, vu le 19 février 2011 au Montparnasse
Avec Pierre Arditi, Fanny Cottençon, Patrice Kerbrat, et Christiane Millet ; mis en scène par Patrice Kerbrat ]

« Oui, c’est vrai, il y a Arditi … »

Pour tout dire, Arditi, lorsqu’on l’a vu une fois (comme dans Faisons un rêve, qui était absolument génial), on connaît : c’est un excellent acteur, mais il joue toujours le même jeu, alors, évidemment, si le texte ne suit pas … et bien … on s’ennuie.

Et, évidemment, c’est facile à deviner, ici … Le texte est fade. Vide. Pour être gentille … « mignon ».

Il y a de l’idée, ça, je ne le rejette pas. Mais elle est très mal traitée …

Pour me justifier, voilà deux passages de la pièce (jugez-en par vous-même !) :

 » Tout ce que tu veux, mais pas la culpabilité. Je déteste ce sentiment.
– Tu détestes tous les sentiments.
– Moi ? Moi, je déteste tous les sentiments ?
– Oui.
– Je déteste tous les sentiments ?
– Oui. « 

Ou, encore … :

 » Et ça ne te manque pas ?
– Hein ?
– Ça ne te manque pas ?
– Si … Mais on ne peut pas faire autrement, Alice.
– Je ne vois pas pourquoi.
– Tu ne vois pas pourquoi ?
– Non.
– Tu ne vois pas pourquoi on ne peut pas faire autrement ?
– Non. « 

Trop répétitif.

Beaucoup, beaucoup trop répétitif.

Un peu trop répétitif à mon goût.

(Moi aussi, je pourrais remplir mes critiques à me répéter …)

Heureusement, tous les acteurs sont bons, et « sauvent », autant qu’ils le peuvent, le texte.

En fin de compte, ce n’est pas du grand Art … diti.