Vu sur l’homme

6b78939d71881c9f87a5c26b5219c463

Critique de Vu du Pont, d’Arthur Miller, vu le 21 novembre 2015 aux Ateliers Berthier
Avec Nicolas Avinée, Charles Berling, Pierre Berriau, Frédéric Borie, Pauline Cheviller, Alain Fromager, Laurent Papot, Caroline Proust, dans une mise en scène d’Ivo Van Hove

Quelle ambiance étrange aux Ateliers Berthier, ce 21 novembre 2015 ! Après une fouille des plus minutieuses avant d’entrer dans le théâtre, c’est un spectacle entouré et surveillé par des agents de sécurité qui nous a été livré, à 1 semaine des attentats qui ont bouleversé Paris. C’est encore dur d’écrire sur ce spectacle, peut-être aussi parce que je n’étais pas aussi concentrée que j’aurais pu l’être, à l’affut du moindre bruit derrière moi, pas aussi sereine que d’habitude. Mais cette ambiance particulière a également, je pense, contribué à faire de ce spectacle un souvenir inoubliable, un moment absolument puissant.

L’histoire qui nous est racontée est celle d’Eddie Carbone, un docker qui élève sa nièce Katie comme si c’était sa fille, ne souhaitant que son bonheur. Il l’a tant couvée que l’amour qu’il lui porte en est devenu presque malsain, et il est incapable de la voir grandir. Pourtant, elle s’habille de manière à plaire, et des hommes commencent à lui tourner autour… L’arrivée de Rodolfo et Marco, immigrants clandestins et cousins de Catherine, la femme d’Eddie, ne va rien arranger : plus de doute possible, Katie a grandi. Mais pour Eddie, c’est impossible de l’accepter, et plus Rodolfo tournera autour d’elle, plus il s’entêtera à lui trouver tous les vices du monde.

Étonnamment dans cette pièce, personne n’est réellement coupable du mal qu’il commet ; chacun a pourtant une phrase, un acte ou même une pensée à se reprocher. Mais ils apparaissent tous tellement innocents, ils sont si finement dessinés qu’on est incapable de leur en vouloir. Charles Berling, qui interprète Eddie, donne à son personnage une telle humanité que même le plus cruel de ses mots ne peut provoquer en nous le moindre désir de révolte. Lorsqu’il hurle qu’il veut qu’on le respecte, le silence de la salle se fait religieux. J’ai rarement vu tant de puissance et de souffrance dans un personnage. A ses côtés, Caroline Proust est une femme délaissée toujours digne mais si fragile qu’elle semble pouvoir baisser les bras à tout instant. Les deux cousins, incarnés par Nicolas Avinée et Frédéric Borie, ont une véritable saveur de l’Italie, entre sens de la famille et goût du beau, de l’artistique, du superflu. Enfin, Pauline Cheviller est une Katie lumineuse, jeune bourgeon en train d’éclore qui découvre la vie et ses plaisirs.

Je n’avais encore jamais vu de mise en scène d’Ivo Van Hove, mais après ce spectacle, je suis absolument conquise. Cette scène est un ring, et les spectateurs disposés sur des gradins en hexagone regardent les personnages s’y affronter. Les lumières permettent des focus sur certaines actions, les coups du gong marquant les instants suspendus. On est tout simplement transportés au coeur d’une famille qui se déchire lentement, et on assiste à ces scènes comme impuissants, depuis nos sièges, pont symbolique entre les comédiens et le public.

Un grand moment de théâtre.  ♥ 

vdp_5