L’École des Femmes ? C’est Nicolas qui riga(le)s !

Affiche-Ecole-des-Femmes.jpg

Critique de L’École des femmes, de Molière, vu le 5 décembre 2018 Au Théâtre Dejazet
Avec Martin Loizillon, Salvatore Ingoglia, Romain Ranonne, Jean Adrien, Antonine Bacquet / Amélie Tatti, Philippe Ermelier / Raphael Schwob, et Nicolas Rigas, et, à l’orchestre, Emma Landarrabilco, Robin Defives, Jacques Gandard / Karen Jeauffreau, dans une mise en scène de Nicolas Rigas

J’ai très peu réfléchi avant de prendre ma place pour cette École des Femmes mise en scène par Nicolas Rigas. Certes, je ne connaissais aucun des noms sur l’affiche, et mon expérience passée au Dejazet n’était pas vraiment encourageante, mais j’avais déjà une autre École des Femmes de réservée et je n’étais que trop tentée d’en voir deux versions en peu de temps. Au-delà de la simple comparaison, cela me permet aussi de voir quels détails chaque metteur en scène a mis en avant, quelle interprétation il tire de chacun des personnages, quelle interrogation il mène en montant cette pièce. Et le résultat est intéressant.

Arnolphe a choisi Agnès dès l’âge de quatre ans après l’avoir quasiment achetée à une paysanne, l’a tenue depuis toujours à l’écart du monde tout en maintenant des vues sur elle, et souhaite à présent l’épouser. C’est un homme d’âge mûr, elle est une jeune fille. Il la croit naïve, elle ne l’est peut-être pas tant que ça. C’est en tout cas ce qu’il découvre lorsqu’il apprend, à son retour d’un voyage, que la jeune femme a fréquenté un homme, Horace, durant son absence. Elle est amoureuse, et souhaite à tout prix l’épouser, ce qui n’est pas du tout conforme au plan initial d’Arnolphe…

La mise en scène, parfois peut-être un peu trop appuyée, doit quand même être saluée. Ses accentuations ne sont pas dommageables puisqu’elles servent sans doute une dimension plus pédagogique et que, le soir où j’y étais, cela semblait combler tant les scolaires présents dans la salle que ma petite personne. Et, mine de rien, elle dissémine ici et là de belles idées : par exemple, le fait que Agnès soit voilée passe ici très bien et aurait même pu être davantage accentué. Les intermèdes musicaux issus d’Offenbach sont très bien choisis et permettent à certains comédiens de faire-valoir un autre de leurs talents.

DSC_0256.jpg

Je pense également à la manière dont sont traités les personnages d’Alain et Georgette, les valets d’Arnolphe, qui sont présentés comme « simples » et qui, généralement, sont un peu laissés de côté de sorte que dès qu’ils apparaissent sur scène on s’enfonce dans son siège en se préparant à piquer du nez. C’est ici tout le contraire qui se produit : en proposant une version acrobatique des deux personnages, c’est avec joie qu’on les voit apparaître dans les différentes scènes et, enfin, on peut rire de leurs cabrioles !

Et c’est un fait : on rit beaucoup dans cette proposition de Nicolas Rigas qui endosse le rôle d’Arnolphe sans chanceler. Son interprétation est à l’image de sa mise en scène : pleine de rebonds. Tour à tour pervers et calculateur, trop confiant mais finalement pitoyable, son Arnolphe donne à entendre Molière, ce contre-modèle caricatural et misogyne qu’on a plaisir à détester. A ses côtés, la distribution peine un peu plus sans déshonorer pour autant : simplement, on reprochera ses alexandrins un peu soutenus à Martin Loizillon, dont la grande naïveté et le bon coeur saura quand même nous toucher, et une composition un peu timide de Amélie Tatti, avec qui on se réconciliera dès qu’elle fera entendre sa belle voix de Soprano !

Et on ne boudera pas notre plaisir lorsque la troupe salue, à la fin, et entonne la chanson du Théâtre du Petit Monde sous les applaudissements du public. Surprise et ravie d’apprendre d’ailleurs que la troupe existe depuis 1919, et qu’on a donc goûté un petit morceau d’une grande histoire théâtrale… Voilà qui m’en fait d’autant plus apprécier la saveur !

Voilà de quoi me réconcilier avec le Théâtre Déjazet !   ♥

20150630-213124_803_7640.jpg

Nenespérant

1094790_nenesse-au-theatre-dejazet_160416Critique de Nénesse, de Aziz Chouaki, vu le 13 janvier 2018 au Théâtre Déjazet
Avec Christine Citti, Olivier Marchal, Hammou Graïa et Geoffroy Thiebaut, dans une mise en scène de Jean-Louis Martinelli

Enfin, je découvre le théâtre Déjazet ! On en parlait comme le théâtre à suivre cette année, alors que Jean Bouquin confiait sa programmation à Jean-Louis Martinelli. Une programmation exigeante, en tout cas en apparence, et plutôt éclectique, puisqu’elle aura accueilli cette année autant Françon que Gerra, Aziz Chouaki ou Nathalie Dessay. Malheureusement, mes premiers pas dans ce très beau théâtre se sont soldés en une violente nénéception…

Pourtant sur le papier, le propos paraissait plutôt intéressant. Nénesse passe sa journée à cracher sur tout ce qui peuple la France d’aujourd’hui : arabes, noirs, juifs, femmes, homosexuels… Facile et tellement humain, de rejeter tous ses malheurs sur les autres. Olivier Marchal parle de son personnage en disant qu’il est « attachant ». D’ailleurs, malgré ses tares, il loge et exploite chez lui deux sans-papiers, un musulman bosniaque et un diplomate d’origine russe, qui parle d’ailleurs de cette France avec amour, reconnaissance et fierté. Un mélange qui aurait donc pu conduire à de beaux débats d’idée.

Le problème, c’est que sur scène, c’est plutôt un vaste nénéant. On comprend rapidement que le texte va rester sur cette ligne de conduite durant tout le spectacle, qui ne se révèlera donc qu’une longue série d’insultes de la part de Nénesse. Aucune portée, aucune échappatoire, pas même choquant, la partition m’a laissée insensible et m’a plongée dans un profond désintérêt. Les acteurs, auxquels on ne peut rien pourtant reprocher, ne parviennent pas à sauver ce texte qui plombe le spectacle.

La seule explication que je trouve pour éclairer l’intention de Jean-Louis Martinelli en montant cette pièce, c’est qu’il a voulu faire un coup. Monter un texte traitant d’un homme raciste, homophobe, antiféministe et j’en passe, aujourd’hui, cela aurait pu faire le buzz… et aurait sans doute fonctionné si le texte avait porté en lui une idée, un intérêt, ou une réponse.

C’est une fausse note dans la programmation du Déjazet, ce qui ne m’empêche pas de vous conseiller de courir au Mois à la campagne qui succèdera à Nénesse. pouce-en-bas

3d868db35a804b8e1dded396047603aa