Michaël Hirsch, le roi du somme en scène

AFFICHE Michael Hirsch_Je pionce donc je suis.jpg

Critique de Je pionce donc je suis, de Michaël Hirsch et Ivan Calbérac, vu le 19 octobre 2019 au Théâtre du Lucernaire
Avec Michaël Hirsch, dans une mise en scène de Clotilde Daniault

Michaël Hirsch est un artiste que j’aime beaucoup et j’avais peur, en allant voir son nouveau spectacle. J’avais peur d’être déçue, tant Pourquoi ? était une réussite. Je l’avais vu au OFF d’Avignon en 2016, ce qui était presque « tardif » puisqu’il avait été créé aux Déchargeurs en 2014. Il a fait trois Avignons successifs. Je lui avais posé plusieurs fois la question du prochain spectacle mais il restait évasif. Car Michaël Hirsch fait les choses bien, il sait où il va, et son deuxième spectacle, Je pionce donc je suis, n’est ni une pâle imitation de Pourquoi ?, ni un brouillon destiné à tester des idées. C’est un deuxième spectacle à part entière, et très réussi.

Dans Je pionce donc je suis, on va suivre le parcours d’Isidore Beaupieu – comme il porte bien son nom – qu’on pourrait décrire comme un jeune cadre dynamique qui commet une énorme bourde alors que sa carrière devait s’envoler et se retrouve soudainement au chômage. Lui qui n’avait plus une seconde à lui se retrouve alors avec de nombreuses heures pour penser, penser à ce qu’il est, ce qu’il aime, ce à quoi il souhaite dédier sa vie. Et rêver, surtout.

45314_637039731562728893.jpg

Et il faut bien le reconnaître : Michaël Hirsch nous fait rêver. Si, dans Pourquoi ?, il racontait les questions existentielles d’un personnage et leurs évolutions au fil de sa vie, il nous propose ici une véritable pièce de théâtre qu’il monte à lui tout seul. Il n’incarne pas seulement Isidore Beaupieu ; il est tour à tour Sandra, sa femme, Sanchez, son boss, Bruno, le gardien de nuit, et de nombreux autres qui interviennent à un moment de l’histoire. Chaque personnage est admirablement construit, dessiné avec précision, et tout est si travaillé qu’il peut s’autoriser des pointes de folie sans risquer de nous perdre. Impossible de nous perdre d’ailleurs tant la mise en scène est rythmée : il n’arrête pas une seconde et prend un tel plaisir sur scène que c’en devient communicatif. D’ailleurs, il n’hésite pas non plus à jouer avec son public, à le charrier sur sa lenteur d’esprit ou son rire parfois trop enthousiaste, et ce lien qu’il noue avec la salle est, à la manière du comédien, bienveillant et chaleureux.

Je ne peux m’empêcher de comparer ce spectacle à son premier. J’imaginais la pression qui devait peser sur ses épaules pour écrire le deuxième. Il s’en sort plus qu’admirablement. Il ne se trahit pas, nous rappelle sans honte qu’il est l’auteur de Pourquoi ?, son spectacle est ponctué des nombreux jeux de mots qui faisaient la saveur du premier, mais il est aussi allé chercher autre chose. On aime toujours autant ses bons mots – tout y passe : les draps les couettes les oreillers – on serait même étonné de ne pas voir apparaître Laurent Delahousse au milieu du spectacle ! Et son imitation de Luchini… une perfection absolue ! Mais c’est un vrai plaisir aussi de le voir aller vers d’autres sujets, car même si c’est un peu naïf, c’est une pièce feel-good qui permet au spectateur de facilement s’identifier entre le regard sur les écrans, l’émergence des bullshit-jobs, et le besoin de toujours rêver. J’aime le voir évoluer sur scène, proposer de nouveaux personnages, nous montrer qu’en plus d’être un humoriste, il est un comédien. Et mention spéciale à son super décor multifonctions, un décor « utile » comme on n’en voit pas assez au théâtre, un décor intelligent et qui lui permet de se réinventer sans cesse, un décor dont on peut se dire, à l’image des calembours de Michaël Hirsch : « il fallait y penser ».

Comme un rêve éveillé.  ♥ ♥

Résultat de recherche d'images pour "je pionce donc je suis"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s