Entre deux ils, Théâtre de l’Oeuvre

07-entre-deux-ils.jpg

Critique d‘Entre deux ils, d’Isabelle Cote, vu le 7 septembre 2011 au théâtre de l’Oeuvre
Avec Lysiane Meis, Bernard Malaka, et Eric Savin, mise en scène de José Paul et Agnès Boury

Une femme, deux hommes, une histoire. Claire et Rémy sont mariés depuis 10 ans et vivent à Paris. Un matin, Claire annonce à Rémy qu’elle part. Pas d’explications, mis à part une lettre, qu’elle lui demande de lire avec attention. Elle part à Toulouse, et commence à travailler dans une librairie où elle rencontre David, propriétaire de la boutique. Pendant ce temps, Rémy engage un détective qui la suit, et il part pour Toulouse. Lorsqu’il arrive, Rémy se retrouve face à la femme qu’il a aimée : il lui dit alors qu’il a bien lu la lettre, mais que non, il n’avait pas couché avec cette femme il y a quelques années (c’était le motif de son départ). Mais finalement, le motif du départ change et … attendez, franchement, l’histoire tient-elle debout ? Je réponds sans hésiter : non. Ce qui aurait du être des coups de théâtre tombe trop souvent à plat. La mise en scène procède par tableaux, et fait penser au feuilleton Plus Belle la vie. En effet, à la fin de chaque tableau, un nouveau secret et révélé, laissant un instant de suspens … jusqu’à ce que tout ce qu’on a appris depuis le début se mélange, et qu’une seule réponse arrive pour le tout. 

Je me suis trop souvent ennuyée. Ce que je déteste au théâtre, c’est être déçue, surtout lorsqu’on perd 1h30 (c’était quand même une bonne nouvelle, je croyais que la pièce avait duré 3h) et qu’on a cours le lendemain. L’histoire ne tient pas debout, et la plupart des répliques ressemblent à du « remplissage ». C’est dommage, car le début n’était pas si mal. De plus, je sais qu’il faut vivre avec son temps, mais j’ai du mal à entendre, au théâtre « il m’a appelé sur mon iPhone » ou encore « tu regardes trop Desperate Housewives« . 

Malgré tout, les acteurs semblaient « y croire » et avaient tous un excellent jeu ; j’avais déjà vu Bernard Malaka dans Le diable rouge et c’est un acteur que j’aime beaucoup. Je découvrais les deux autres et je n’ai pas été déçue. Mais, et c’est là qu’on se rend compte que d’autres textes tels que La Vérité ne sont pas si mauvais que ça … 

En conclusion, je déconseille fortement cette pièce. On s’ennuie trop souvent, pour finalement être déçue par les « révélations finales ». Je n’ai apprécié que le jeu des acteurs et .. les décors. La librairie est franchement belle ! Mais cela ne suffit pas. Verdict : inutile.

entre2ils-3m

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s