Oh les beaux jours, Théâtre de la Madeleine

7b719eedfa32ccf3dbf132cfba251ca6.jpg

Critique de Oh les beaux jours de Samuel Beckett, vu le 22 février 2012 au théâtre de la Madeleine
Avec Catherine Frot et Pierre Banderet, dans une mise en scène de Marc Paquien

Les deux seules pièces que j’avais vues à la Madeleine étaient Diplomatie et Fin de Partie. Soit deux excellents spectacles, proches de la perfection. J’avoue que je partais avec un très bon a priori … Et que je n’ai pas été déçue !

Winnie, incarnée par Catherine Frot, semble être seule sur scène. Enterrée jusqu’au ventre, elle se réveille lorsque le rideau s’ouvre. Alors commence une nouvelle journée. Pour quelqu’un qui ne peut bouger que le haut du corps, on pourrait s’attendre à une pièce tirant sur le tragique, profonde et noire. Mais non : Winnie est une femme optimiste, qui même si elle répète les mêmes actions à longueur de journée, semble le faire avec une réelle joie de vivre. Toujours le sourire aux lèvres, le simple fait de sortir une brosse à dents de son sac réveille en elle son imagination, ses souvenirs. Winnie semble heureuse. Et encore plus lorsqu’on son mari, Willie, donne des signes de vie … Lui est caché derrière le décors, mais n’est pas enterré.

Lors du second acte, nous retrouvons Winnie enterrée jusqu’au cou. Elle ne prie plus. Mais elle s’amuse toujours. Faisant la mou, observant son visage comme elle le peut, et parlant, toujours parlant … Parlant pour se souvenir, parlant à Willie en epérant une réponse, parlant sans s’arrêter … Et si ses yeux se ferment à un seul instant, une sonnerie retentira, de manière à la maintenir éveillée … Étrange …

Quelle chose étrange … Ce n’est qu’un monologue. Le monologue de Winnie, Winnie qui nous raconte, Winnie qui se souvient, Winnie qui espère, Winnie qui prie. Winnie qui vit. Et ici, enterrée comme elle l’est, l’actrice ne peut pas tromper le spectateur : elle n’a que sa voix, ses mimiques, et, au début, ses mains, pour permettre à son monologue de prendre vie. Je n’ai pas douté de Catherine Frot … et j’ai eu raison. Elle l’a fait. Elle nous enchante. À aucun moment, l’ennuie ne se fait connaître. Juste l’envie. L’envie d’en entendre encore, l’envie d’en savoir plus sur leur vie passée, sur ce fameux Piper dont elle évoque le nom à plusieurs reprises … Catherine Frot, entre sa diction parfaite et sa maitrise tout aussi excellente des parties de son corps « à l’air libre », excelle ici. 

Le décor, simple, augmente l’impression de vide autour du couple. Ils semblent n’être nulle part. Le désert, peut-être. Personne d’autre ne viendra, ils finiront leur vie ici. Telle peut-être la signification du revolver, que Winnie sort de son sac aussi simplement que sa brosse à dent. Tout objet a une signification, un besoin, une explication. Pierre Banderet, en Willie, bien qu’il n’apparaisse que peu, parvient à faire courir une vague d’émotion dans la salle lors de sa dernière parole … Très belle performance, pour un seul mot …

Décidément, le théâtre de la Madeleine est fortement conseillé : courez voir ce spectacle, car je ne sais pas si elle sont nombreuses, les excellentes Winnie … ♥ ♥ ♥

beaux_jours_frot_2.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s