Repas amer mais savoureux au Palais-Royal

vz-8c29ee0d-2849-4648-a149-e60822b7ce66

Critique du Repas des Fauves de Vahé Katcha, vu le 13 juin 2013 au Théâtre du Palais-Royal
Avec Cyril Aubin, Olivier Bouana, Pascal Casanova, Cédric Chevalme, Jochen Hägele, Jérémy Prévost, Julien Sibre, Barbara Tissier, et Caroline Victoria, dans une mise en scène de Julien Sibre

Et oui, c’est bien après tout le monde, longtemps après sa première sur les planches théâtrales, que j’ai enfin vu ce Repas des Fauves dont on a tant parlé. La pièce avait totalement surpris aux Molières il y a deux ans, car on ne s’attendait pas du tout à ce qu’elle rafle 3 prix. Mais puisqu’elle durait encore et encore, je ne me pressais pas à la voir, me disant qu’elle se jouerait toujours quand j’aurais plus de temps. Le temps, je l’ai eu, et même une invitation grâce à Gilles Lanchantin et Gladscope, que je remercie chaleureusement : vous m’avez permis de passer une soirée horriblement délicieuse.

Je tiens d’abord à souligner l’excellent début du spectacle. On entend une radio quelque peu brouillée, nous rappelant Radio Londres et ses « Andromaque se parfume à la lavande » ou encore « Clémentine peut se curer les dents ». Ici, ingénieusement, les messages sont plus facilement décodables : « Les portables sont éteints ». Bonne idée ! Bien que, malheureusement, cela n’a pas empêché mes voisins de jeter de temps à autre un coup d’oeil à leur smartphone si précieux …

L’histoire, je pense que tout le monde la connaît. Un couple (Sophie et Victor) reçoit des amis à dîner pour l’anniversaire de Sophie. Ils arrivent tous les uns après les autres, et je vous les présente rapidement : il y a Pierre, un ancien militaire désormais aveugle, Jean-Paul, un médecin avec qui les autres convives évitent de parler politique, Vincent, un professeur de philosophie qui, on l’apprendra plus tard, est homosexuel, Françoise, ayant perdu son mari à la guerre et souhaitant entrer dans la résistance, et enfin André, pour qui la guerre ne semble pas un problème, et qui est prêt à collaborer pour vivre tranquillement sa paisible existence. La soirée est joviale, André ayant apporté des mets succulents (car rares) en abondance, jusqu’à ce qu’un officier nazi soit tué en bas de l’immeuble. Alors la Gestapo monte dans l’immeuble et choisit deux otages par appartement … Jusqu’à arriver chez Sophie et Victor. Mais Victor et le commandant se connaissent, donc celui-ci offre aux personnes présentes le choix suivant : choisir, parmi eux, 2 otages. Ils ont deux heures.

L’histoire, racontée ainsi, est dure. Si j’hésitais à prendre mes places, c’est également pour cela : supporter un spectacle qui tourne autour des horreurs de la 2nde guerre mondiale, ce n’est pas évident. C’est pourquoi j’ai été plutôt surprise d’autant rire. Et d’un rire franc, dû à certaines situations ou certaines répliques. C’est à cela qu’on reconnaît une pièce bien construite : si le thème et l’enjeu de l’histoire ne sort pas une seconde de notre esprit, le rythme et les répliques parfaites de la pièce parviennent tout de même à faire rire le public. Porté de plus par d’excellents acteurs, la soirée n’en devient que meilleure.

 Le personnage que j’ai préféré est peut-être André, car il est le plus honnête de tous, lâche peut-être mais il ne se voile pas. Il apparaît comme le pire personnage sur scène, mais tous ont la même idée que lui en tête, à savoir sauver leur peau, il n’est que le plus franc. C’est Pascal Casanova qui l’interprète, et le choix est judicieux : le naturel de l’acteur sied parfaitement au personnage, et son côté sans-gène n’en ressort que mieux. Jean-Paul, ses gestes pressant et son air stressé, sont décuplés par Cyril Aubin. Le duo formé par Olivier Bouana et Caroline Victoria, époux hôtes, renforce à la fois la tension présente en arrière plan, par les actes cruels qu’ils accomplissent, mais aussi le comique, par la naïveté enfantine de Sophie. Le côté dandy de Vincent ressort à merveille dans l’interprétation de Julien Sibre. Jochen Hagele et son fort accent allemand impose respect et crainte, de même que Barbara Tissier, presque résistante, semblant courageuse et forte. Mention spéciale à Jérémy Prévost, incarnant Pierre, l’aveugle : le jeu est si précis, la gêne aux yeux si présente, qu’on en vient à croire à l’infirmité de l’acteur. Bravo. 

On en sort en se disant « Mince, comment ai-je pu autant rire pour quelque chose d’aussi affreux ? » On n’en sort pas indemne. A voir. ♥ ♥ ♥

LeRepasdesFauves_0298-site.jpg

2011_Le-repas-des-fauves_05.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s