Lorsque Shakespeare retrouve son intensité

Critique de Macbeth, de Shakespeare, vu le 23 novembre 2013 au Théâtre 13 (Seine)
Avec Clément Bernot, Arny Berry, Benjamin Bur, Alexandre Cornillon, Jean-Damien Détouillon, Simon Fraud, Elodie Hatton, Elias Khadraoui, Victor Le Lorier, Audrey Sourdive, Laure Valles, et Victor Veyron, dans une mise en scène de Arny Berry

Le dernière pièce de ce cher William que nous avions vue ne nous avait pas convaincu du tout. Mais ce n’est pas à cause d’une mise en scène qu’il faut tout jeter : c’est pourquoi c’est pleine d’espoir que je suis allée voir la pièce présentée au Théâtre 13 Seine jusqu’au 15 décembre : Shakespeare raccourci, certes, mais le spectacle n’en reste pas moins intéressant…

Soyons honnêtes. Je ne connais pas Macbeth. Pourtant, il s’agit peut-être de la pièce la plus connue de Shakespeare. J’en connaissais un résumé, j’en avais une vague idée… Mais dans le détail, je m’y perdais un peu. Et même les répliques les plus répétées ne disaient que peu de choses à mon oreille. L’histoire, la voici : Macbeth s’illustre dans une bataille où s’affrontent la Norvège et l’Écosse. Lors de son retour chez lui, il fait la rencontre de trois femmes mystérieuses – sorcières ou démons – qui lui prédisent son accession au trône. Il n’est alors pas seul, et son ami Banquo entend également les dires étranges de ces femmes. Son avenir n’est pas oublié : il sera père de futurs rois. Si lui estime qu’il faut se méfier de telles prédictions, pour Macbeth, elle font leur chemin, et ça l’obsède. D’autant plus qu’il a mis Lady Macbeth au courant, et qu’elle le pousse aussi à devenir roi …

Je ne sais pas si j’ai réellement vu le Macbeth de William Shakespeare. Le spectacle qui m’était présenté était peut-être trop coupé et ne pouvait donc que donner une représentation quelque peu atténuée de l’oeuvre de l’anglais. Mais une fois ce détail mis à part, on assistait à quelque chose de vraiment étonnant, où l’inquiétant et le fantastique se mêlaient avec brio. La mise en scène y est sûrement pour beaucoup : j’ai rarement vu, il me semble, une telle présence de la mise en scène dans un spectacle. Mais rien de trop.

La scène des sorcières est particulièrement réussie. Le fantastique dans toute sa grandeur. Les trois actrices paraissent possédées, elle se tortillent sans cesse sur la scène, portant simplement un pagne. Le noir est quasi-total, seules quelques lampes torches agitées éclairent la scène. Cela ajoute une atmosphère de mystère qui n’est pas pour déplaire. Mais on pense également à la représentation des âmes, particulièrement parlante, comme évidente : un simple drap, et des acteurs se mouvant au-dessous, et les âmes sont présentes sur scènes. On pourrait revenir ainsi sur chaque scène, sur chaque bonne idée de ce metteur en scène qui ne nous ont pas laissé de marbre. 

Un Macbeth dreadé, après tout pourquoi pas. Mais surtout un Macbeth dont l’âme torturée, coupée en deux, se ressent sur son physique : la part noire qui l’occupe, elle est là, elle brille au fond de ses yeux. Macbeth a un oeil étrange, un oeil angoissant, plus clair – belle utilisation de la lentille. Mais un seul oeil, cela frappe le spectateur : l’acteur fait peur. Et lorsque lui même prend peur devant ce qu’il fait, ce qu’il lui reste à faire, il en devient terrifiant. L’acteur, Arny Berry, a parfaitement les épaules pour porter le rôle : il est imposant en guerrier au début de la pièce, et se transforme peu à peu, en fou, en paranoïaque. La transformation est progressive et il la manie minutieusement. Chaque détail compte.

Les acteurs qu’il guide, puisqu’il est également metteur en scène, le suivent de près sur la performance. On retient, entre autres, Alexandre Cornillon en Banquo, qui jure auprès de Macbeth par son comportement raisonnable. La raison, on la lit sur ses yeux. Il entend qu’on lui promet un fils roi, et pourtant il ne veut pas y songer. Un certain combat se joue en lui, mais la part du bien gagne. Le combat intérieur, l’acteur le fait ressentir ; par des gestes, par des mimiques, ou des silences. On pense également aux trois sorcières, tout simplement géniales, ou encore à Clément Bernot, qui tire de son rôle de portier tout le comique qu’il peut, et qui permet donc quelques moments de détente entre les scènes sombres auxquelles on assiste.

Malheureusement, les coupes ont du bon comme du mauvais. Certains détails nous échappent, comme des liens de parentés, des causes de meurtre… On aurait peut-être aimé plus de présence de Lady Macbeth : le rôle a peut-être été trop coupé… Mais on ne perçoit pas assez l’influence de la femme sur le meurtrier, sur cet homme dangereux que devient Macbeth. Dans la mise en scène, c’est comme si cette folie était en lui. Mais non, il est manipulé, ne l’oublions pas …

Un spectacle parfaitement abouti à la mise en scène recherchée. Conseillé. ♥ ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s