Au théâtre 14, un Orphée dépourvu de tout lyrisme

Critique d’Eurydice, de Jean Anouilh, vu le 12 janvier 2014 au Théâtre 14
Avec Jean-Laurent Cochet, Sam Richez, Vincent Simon, Maryse Flaquet, Fabrice Delorme, Norah Lehembre, Catherine Griffoni, Jean-Pierre Leroux, Julien Morin, Jean)Claude Eskenazi, Jacque Ibranosyan, François Pouron, Anthony Henrot, Pierre Ensergueix, dans une mise en scène de Cochet/Richez

Ce qui choque tout d’abord, c’est la première scène. On est dans le café d’une gare, un père (Jean-Laurent Cochet) et son fils (Sam Richez), qui joue du violon, y font passer le temps, attendant probablement un train. J’avais oublié à quel point le jeu de Cochet était parfait, et en deux mots je le reconnaissais à nouveau comme l’immense acteur qu’il est. Et ce, d’autant plus qu’il était à côté un acteur profondément décevant. Quel gouffre, quel choc de les voir l’un en face de l’autre. Cochet l’air assuré, la diction magistrale, le visage expressif, les yeux brillants. Richez, l’air éteint, la diction molle, le visage figé, les yeux vides. Difficile de l’écouter, de laisser son attention sur lui plus de quelques instants. Malheureusement, il incarne le rôle principal, et il sera présent dans pratiquement toutes les scènes jusqu’à la fin. Quelle erreur de distribution ! Moi qui connaissait un Cochet exigent et dur, que s’est-il passé ?

Rappelons brièvement l’intrigue d’Anouilh, qui reprend le mythe d’Orphée et Eurydice et le place en milieu contemporain. Eurydice fait partie d’une troupe de théâtre en tournée lorsqu’elle rencontre Orphée dans une gare, qui joue du violon. Ils tombent fous amoureux l’un de l’autre et partent ensemble pour Marseille, où Eurydice meurt écrasée par un bus. Désespéré, Orphée trouve alors l’aide d’un certain M. Henri, qui les avait observés à la gare, et qui lui propose de retrouver Eurydice, à la seule condition qu’il ne la regardera pas jusqu’au matin… Ce qui arrive, inévitablement.

Au fil du spectacle, on sent un véritable clivage s’installer entre les deux générations d’acteurs. Lors des rares apparitions de Catherine Griffoni ou de Jean-Pierre Leroux, par exemple, c’est un régal ! Elle est exaltée et quelque peu hystérique, sa voix porte et son jeu est excellent. Lui, il sait transmettre toutes les émotions, il a su nous faire pleurer, aujourd’hui il nous fait rire. Sa voix, on pourrait l’écouter des heures. On se demande bien ce que les deux acteurs font là. De même que Cochet, qui signe la mise en scène : chacune de ses apparitions est un bonheur pour nos sens, car on voit du vrai théâtre. Sinon, il faut avouer qu’on a face à nous des amateurs. Comme si Cochet avait décidé de nous montrer un cours qu’il donne. Le pire étant Sam Richez, qui n’a rien d’un acteur, qui est mou et inintéressant, semblant las et perdu sur scène, se tenant mal, les bras ballants, la voix mal posée, mâchant ses mots… En bref, je ne comprends pas pourquoi, comment Cochet a choisi un tel pseudo-acteur pour incarner ce (pourtant) beau rôle qu’est Orphée. Eurydice s’en sort mieux, bien qu’elle lâche prise à un moment du spectacle, lorsque tout repose sur ses épaules, elle perd un peu pied et se met à crier de façon délibérée, comme si elle ne savait plus quoi faire pour nous intéresser. Cependant, le reste du temps, elle intérprète le rôle titre avec grâce et passion, le regard vif, ses yeux ne s’attardant pas plus de quelques secondes à chaque endroit de la scène. Vincent Simon, qui interprète M. Henri, cet homme étrange qui permettra à Orphée de revoir Eurydice, a un jeu intéressant, mais qui est malheureusement mêlé à un manque de technique, ce qui l’empêche de briller. 

Quel dommage, quel massacre. On peine à entendre la belle langue d’Anouilh, majoritairement écrasée par la langue plate de Sam Richez. Mais il n’est pas le seul. Cochet a réuni une troupe amateure et ça se sent. Un beau moment de la pièce, lorsqu’un secrétaire lit la lettre qu’Eurydice écrivait à Orphée avant de mourir, est trahi par Pierre Ensergueix, qui ne fait que lire platement, sans transmettre aucune émotion. Lorsqu’on essaie d’écouter avec attention, on reconnaît l’auteur qu’on admire tant. Mais il faut s’accrocher, et, comme dit Peter Brook, au théâtre, le diable c’est l’ennui. Lorsqu’un spectacle demande un effort de notre part pour être entendu, ça ne vaut pas le coup. Ajoutons à cela un manque de mise en scène, d’idée, de direction d’acteur. Ils sont laissés en roue libre ; alors évidemment, les plus expérimentés s’en sortent bien, mais les autres ont peu de chance d’y arriver. 

Si le spectacle avait pour but de nous montrer les faiblesses des jeunes acteurs en les comparant à des anciens bien plus doués, c’est réussi. En revanche, si vous voulez entendre le génie d’Anouilh, il faudra repasser. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s