Isabelle Carré trinque en bonne Campanie

LA-DEGUSTATION-AFF-40x60-web-1.jpg

Critique de La dégustation, de Ivan Calbérac, vue le 7 février 2019 au Théâtre de la Renaissance
Avec Isabelle Carré, Bernard Campan, Mounir Amamra, Éric Viellard, et Olivier Claverie, dans une mise en scène de Ivan Calbérac

J’étais très partagée devant l’affiche de ce spectacle. Évidemment, Isabelle Carré, Bernard Campan, cela est très attrayant. J’avais déjà beaucoup aimé le jeu de la comédienne dans le Baby présenté au Théâtre de l’Atelier l’an dernier ; le talent de Bernard Campan n’est plus à prouver. Mais cette affiche… Pour moi, c’était du théâtre qui ne s’assumait pas, en proposant ce visuel très cinématographique. Et je passe sur ce titre qui m’attirait si peu. Mais je sais par expérience qu’il ne faut pas s’arrêter à l’affiche, et place fut donc prise pour cette Dégustation à la Renaissance, qui s’est avérée plus savoureuse qu’espéré.

La Dégustation, c’est avant tout la rencontre entre Jacques, teneur d’un commerce de vins, et Hortense, qui vient de s’installer en ville. La première fois qu’elle se rend dans cette boutique, elle se voit obligée de demander conseil à Jacques, ne connaissant que peu les différences entre les vins. De fil en aiguille, on apprendra qu’elle est très catho, qu’elle organise un dîner pour des SDF avec qui elle mange une fois par semaine, et qu’elle est a priori seule. Lors de leur rencontre, un braquage aura lieu dans la bijouterie voisine, conduisant le voleur à s’échapper par la boutique de Jacques – ce qui mènera ce dernier, après un court échange, à proposer à Steve le voleur un stage dans sa boutique. On ajoute à cela le médecin du quartier qui vient régulièrement demander à Jacques de diminuer sa consommation d’alcool et Guillaume, le libraire jouxtant Jacques, qui vient régulièrement prendre l’apéritif dans la boutique, et je pense qu’on a un aperçu assez global de l’écosystème développé dans ce spectacle.

Je pense que ça se sent un peu au résumé : le spectacle part un peu dans tous les sens. Soudain, on se met à parler d’un projet de PMA qui tombe vraiment comme un cheveu sur la soupe. Ceci étant, si on fait fi de la crédibilité des situations, le texte est globalement plutôt bien construit. Les dialogues sont bien rythmés et font avancer l’action, même si on peut lui reprocher d’employer de grosses ficelles tout au long du spectacle : on sait prédire les actions à venir en fonction des indices laissés au fil de la pièce. Ainsi, on sent que la bouteille sur laquelle tout le monde insiste tant sera amenée à disparaître ou que le médecin qui s’acharne à prévenir Jacques que sa consommation de vin pourrait entraîner un infarctus ne le dit pas pour rien.

Le spectacle jongle constamment entre comédie et drame. Pour ce dernier genre, il tombe à mon sens dans la plupart des écueils avec vidéo censée tirée les larmes et force secrets de jeunesse finalement dévoilé au moment où on s’y attend le plus. Au contraire, la comédie est plus surprenante, et les comédiens y semblent d’ailleurs plus à l’aise. On ne s’attendait pas à voir Isabelle Carré sortir aussi naturellement et naïvement ses blagues graveleuses ; elle est par ailleurs délicieuse en catho un peu coincée mais surtout fonceuse et passionnée, touchante dans sa maladresse et brillante dans ses moments d’éclat. A ses côtés, Bernard Campan est tout aussi attendrissant sous ses aspects bourrus qui lui donnent des airs de Jean-Pierre Bacri. Tous deux forment un duo qui fonctionne à merveille : elle est le pendant joyeux et plein d’espoir de ce personnage qui ne semble plus se faire d’illusion sur la vie.

Mais c’est Mounir Amamra, l’interprète du rôle de Steve, qui m’a bluffée. Alors c’est vrai, le comédien a sans doute la partition la plus agréable à jouer et la plus reconnue par les rires des spectateurs. Mais il a surtout un potentiel comique dingue. Son personnage n’est pourtant que cliché, mais il arrive sans difficulté à le faire exister au milieu du duo formé par Isabelle Carré et Bernard Campan. Il émane de lui souvent un enthousiasme à la limite de l’ébahissement et il rend le personnage puissamment sympathique, parvenant à toujours lancer ses réflexions sur un rythme parfait. Joli !

Une soirée à siroter comme un bon vin. ♥ ♥ 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s