Un bien Jo-li coup au Théâtre du Gymnase

JO-Affiche-DEF-40X60-BD-740x1110

Critique de Jo, d’Alec Coppel, vue le 23 octobre 2019 au Théâtre du Gymnase Marie Bell
Avec Didier Bourdon, Audrey Fleurot, Dominique Pinon, Jérôme Anger, Guillaume Briat, Didier Brice, Clotilde Daniault, Grégory Quidel, Bernadette Le Saché, Jennie-Anne Walker, dans une mise en scène de Benjamin Guillard

Je me souviens bien de ma réaction devant l’affiche de Jo : c’est improbable. C’est improbable que ces trois comédiens soient réunis ici, au Théâtre du Gymnase, et présentés à travers une affiche aussi laide. C’est peut-être ce qu’on fait du pire comme affiche dans le théâtre privé, et pourtant ce sont bien eux sur l’affiche. Je crois que ça a créé un court-circuit dans mon cerveau. Je ne comprenais pas comment c’était possible. Trois comédiens issus des horizons les plus divers, réunis dans une adaptation d’un film de De Funès Je ne comprends toujours pas, d’ailleurs. Jusqu’au moment où le rideau s’est levé, je me suis dit que c’était un fake, et qu’on nous avait attirés là sur le nom de ces comédiens pour nous en faire voir d’autres en réalité. Mais ce n’est pas un fake.

Jo, c’est ce que nous pourrons appeler une comédie policière. Antoine Brisebard, auteur de comédies à succès, fait croire à son entourage qu’il se lance dans l’écriture de pièces policières afin de se renseigner sur le meilleur moyen de commettre un meurtre. Ce meurtre, il le commet finalement par accident, et choisit d’enterrer le corps dans le trou destiné à accueillir les fondations de l’oeuvre d’art de plusieurs mètres de haut, cadeau de sa femme Sylvie, qui va être installée devant leur maison. Sauf que voilà : le lendemain, l’homme qu’il pensait avoir tué est retrouvé mort chez lui. Une question reste alors en suspens : qui a-t-il enterré dans le ciment devant chez lui ?

Cette soirée était improbable de bout en bout. C’est improbable d’avoir payé si cher pour un spectacle en lequel je ne croyais fondamentalement pas, dans un théâtre où je ne me rendais jamais. C’est improbable qu’il n’y ait absolument personne à l’accueil du théâtre, et que les ouvreuses semblent sorties de nulle part et nous placent en lisant leurs plans de salles avec difficulté. C’est improbable qu’à la sortie du théâtre, alors qu’un spectateur avait besoin d’aide, la seule personne que nous ayions trouvé dans le théâtre soit le tenant du vestiaire qui ne comprenait pas un mot de français. Mais c’est surtout improbable qu’un tel spectacle soit porté par trois comédiens que rien n’aurait jamais dû réunir sur scène.

XVM3e7d5af2-e12a-11e9-ba14-f333697d75a1.jpg

Et pourtant ils sont là, je les reconnais. Je reconnais Audrey Fleurot, géniale comédienne, toujours très classe, et qui accepte des projets de Tartuffe bilingue à Londres ; je reconnais Dominique Pinon, petit bout d’être extraordinaire qui m’a fait découvrir Novarina, un jour, à La Colline ; je reconnais Didier Bourdon, le génie des Inconnus, au tempérament absolument opposé à celui de De Funès. Trois stars, trois grandes stars du théâtre français, sont devant moi, et défendent avec une superbe simplicité ce texte étrange. On a l’impression d’avoir devant nous des comédiens jouant pour faire rire les copains. N’y voyez-là aucune critique, je m’étonne simplement de la simplicité avec laquelle ils incarnent ça. C’est fait sans aucune prétention et c’est pour ça que ça marche. Parce que le plus fou dans ce projet, c’est que ça marche.

C’est vrai, au début, je ne desserre pas les dents. Parce que le texte ne casse pas trois pattes à un canard. Mais au fond on s’en fout. Parce qu’à aucun moment ce texte ne se prend au sérieux. Il ne s’est jamais voulu brillant. Alors on relâche les mandibules et on rit. On rit d’un rire franc et bon enfant. On rit parce qu’ils sont drôles, parce que la situation est drôle, parce que le simple fait de rire devant cette chose est drôle. Le mec qui a monté ce projet a du génie. C’est à la fois complètement dingue et tellement modeste. Je me prends de passion pour ce spectacle. La vraie question n’est pas quel corps est enterré dans le salon, mais qui est à l’origine de ce projet. Qui s’est dit : on va réunir cette distribution improbable, mais on ne va pas prendre la patate, non, non, non. On va jouer ça comme si on ne savait pas qui était sur scène. On va jouer ça comme si tout était normal.

Alors je m’incline. Je m’incline bien bas que je n’y croyais pas deux secondes et j’ai eu tort. Je m’incline devant Audrey Fleurot et son véritable talent comique, un talent que je ne soupçonnais pas mais qu’elle présente avec une grande modestie dans son rôle de Sylvie. Elle ose tout, sans jamais en faire trop, sans craindre un instant de tarir son image, et je respecte infiniment le fait qu’elle ait accepté de jouer dans un tel projet. Je suis in love. Que dire de Didier Bourdon, toujours aussi merveilleux, dont la puissance comique n’est plus à prouver, et qui fait rendre à ce texte tout ce qu’il peut, nous faisant parfois hurler de rire sur des vannes pourtant toutes bêtes. Et Dominique Pinon, dont la simple présence ici me déroute, moi qui voyais en lui un enfant du public et qui semble aussi à son aise dans son costume d’inspecteur qu’il l’était lorsqu’il maniait la langue de Novarina ou celle de Jean Giraudoux où je l’ai découvert. De quoi donner un beau soufflet à tous ceux qui alimentent le clivage public/privé aujourd’hui.

Et je tiens à avoir un mot pour les acteurs des seconds rôles qui entourent notre trio de stars, parce qu’ils ne sont ni délaissés, ni à plaindre. Ils arrivent parfaitement à trouver leur place et ne sont à aucun moment oubliés par Benjamin Guillard qui les a taillés dans le même moule que nos trois autres rigolos. C’est un plaisir de retrouver Didier Brice en ouvrier droit dans ses bottes déboussolé par les tornades que sont ses employeurs, qui provoque aisément les rires en se faisant le contrepoint sérieux de la pièce. Je tiens aussi à avoir un mot pour Bernadette Le Saché, belle-mère dont la partition est certes limitée mais qui en tient sa composition détonnante jusqu’au bout en parvenant chaque fois à saisir le spectateur. La distribution, dans son ensemble, est absolument sans fausse note.

Une claque pour qui voudrait ranger ce spectacle dans une case. Ou ses comédiens. Ou ce théâtre. ♥ ♥

JO-pièce-théâtre-avec-Dominqiue-Pinon-Didier-Bourdon-Audrey-Fleurot-de-Alec-Coppel-Benjamin-Guillard-photo-scène-©-Pascal-Victor.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s