Un grand désar-roi

Critique du Roi Lear, de Shakespeare, vu le 4 novembre 2021 au Théâtre de la Porte Saint-Martin
Avec Jacques Weber, Astrid Bas, Frédéric Borie, Thomas Durand, Babacar M’baye Fall, Clovis Fouin-Agoutin, Bénédicte Guilbert, Manuel Le Lièvre, François Marthouret, Laurent Papot, Jose-Antonio Pereira, Grace Seri, Thomas Trigeaud, Thibault Vinçon, dans une mise en scène de Georges Lavaudant

Evidemment. Evidemment que j’allais prendre des places pour ce Lear avec le grand Jacques Weber monté par Lavaudant dont j’avais eu la chance de découvrir la Rose et la Hache il y a quelques années. Le Roi Lear est probablement l’un de mes Shakespeare préférés et ce hors-les-murs du Théâtre de la Ville, présenté au Théâtre de la Porte Saint-Martin, était assurément l’un des spectacles à ne pas manquer en cette première partie de saison. J’avais vraiment envie d’aimer.

Lear est déjà vieux au début de la pièce, lorsqu’il partage son royaume entre ses trois filles. Trois ? Non, seulement deux puisque de Goneril, Régane et Cordélia, seules les deux premières sauront parler à leur père de façon à le convaincre de leur léguer une part de son royaume. Cordélia, qui avoue ne l’aimer que comme un père, ne saura pas s’attirer ses faveurs. Rejetée par Lear, elle ne réapparaîtra pas avant la fin de la pièce, lorsque le vrai visage de ses soeurs sera révélé au grand jour. En attendant, le vieux Lear, dépassé par les événements, sombre dans une forme de délire, surveillé de près par son fidèle Kent ainsi que son bouffon.

On ne peut monter Le Roi Lear sans roi Lear (si vous avez besoin d’autres truismes, je suis là). Vous m’avez comprise : l’oeuvre de Shakespeare nécessite un monstre sacré, un comédien capable d’assumer un rôle d’une telle envergure. Jacques Weber semblait avoir les épaules pour endosser le costume du roi Shakespearien. Mais hélas, trois fois hélas, ce géant du théâtre a perdu de sa superbe. Weber est un roi fainéant. Le début est laborieux – on entend sa dépendance à l’oreillette autant qu’on la voit : il poitrine pour couvrir ses trous, mais l’attente de la réplique est vraiment perceptible et gâche le plaisir du spectateur. C’est sur cet effet de voix que repose une grande partie de son interprétation dans la première partie du spectacle ; dans la seconde, où la folie prend le pas sur la raison, ses changements de ton soudain et ses ruptures se fondent mieux dans le personnage.

© Jean-Louis Fernandez

Arrive ce moment où on en vient presque à attendre les scènes où Weber n’est pas pour profiter un peu du moment de théâtre qu’on est venu chercher. Mais autour de lui le temps n’est pas non plus au beau fixe. Il y a du bon et du moins bon dans la mise en scène de Lavaudant. Un peu sage, un peu attendue, un peu scolaire, l’ensemble peine à décoller pour véritablement nous emporter, et il y a un vide que personne n’arrive à combler sur le grand plateau du théâtre de la Porte Saint-Martin.

Mais ce serait mentir que de nier les belles scènes qu’on a aussi pu y voir, avec en tête le supplice imposé par le duc de Cornouailles à Gloucester. Puissante, rapide, avec une intention au-delà de la simple efficacité, la scène est Shakespearienne à souhait. Les effets stroboscopiques et la cascade d’objets en tout genre fonctionnent bien aussi, malgré un petit air de déjà-vu. Globalement, il faut reconnaître que la seconde partie est plus convaincante que la première.

Au niveau de la distribution, on saluera un Manuel Le Lièvre en pleine forme – décidément le comédien ne cesse de nous étonner depuis quelques années – proposant un fou très rock’n’roll sans jamais une note à côté. Toujours du côté de la démence, Thibault Vinçon trouve également le ton très juste dans la composition de son Tom et de son errance philosophique. J’aurais pu conclure que c’est finalement dans la folie que se révèle la distribution de Georges Lavaudant mais ce serait sans compter le merveilleux Babacar M’baye Fall, contrepoint sage et honnête dans ce monde fou, qui incarne l’intégrité avec autorité, sans fioriture, et qui devient pour le spectateur comme un repère de stabilité dans une tempête déchaînée.

On pouvait attendre mieux d’une telle affiche.

© Jean-Louis Fernandez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s