Les Trois Soeurs tissent le fil de l’émotion

gp1213 troissoeursCritique des Trois Soeurs d’Anton Tchekhov, vu le 3 mai 2013 à la Salle Richelieu
Avec Éric Ruf, Éric Génovèse, Michel Favory, Bruno Raffaelli, Florence Viala, Coraly Zahonero, Michel Vuillermoz, Elsa Lepoivre, Stéphane Varupenne, Gilles David, Georgia Scalliet, Jérémy Lopez, Danièle Lebrun et Benjamin Lavernhe, mis en scène par Alain Françon, avec Floriane Bonanni au violon ]   

Tchekhov n’a jamais été ma tasse de thé. Sûrement parce que je ne saisissais pas la portée de ses pièces. Après La Mouette déplorable de Nauzyciel, comment comprendre, comment élever Tchekhov au rang des Auteurs illustres ? Ou cet Oncle Vania que j’ai vu il y a quelques années, et devant lequel mes paupières devenaient lourdes, lourdes … Voilà pourquoi je trainais un peu des pieds devant ces Trois Soeurs qui se jouent pourtant depuis plusieurs années. Et, allez savoir pourquoi, j’ai sauté le pas. Et j’ai franchement bien fait.
Tchekhov, pour faire court et dans la caricature, c’est la vie devant nos yeux. Mais une vie plutôt pessimiste, faite d’ennuie et de déception, une vie où il ne se passe et il ne se passera jamais rien, quelque chose de presque cauchemardesque. Ces Trois Soeurs, si charmantes, semblent aux antipodes des Parques, mais pourtant la mort rôde. Elle rôde lentement et silencieusement, se faisant sentir par à-coups. Le reste du temps, peu de choses se passent. Voilà pourquoi Tchekhov peut vite paraître long et ennuyeux. C’est avec ce genre d’auteur qu’on comprend l’art et l’importance de la mise en scène. Sans une direction digne de ce nom, impossible de comprendre Tchekhov. Mais Alain Françon, le si génial Alain Françon qui avait mis en scène  Fin de Partie à la Madeleine, a tout saisi, et offre au spectateur un spectacle digne du Français.
Alain Françon a fait dans la sobriété. On n’imaginait pas autrement le décor de la pièce : un intérieur confortable depuis lequel on voit la neige tomber au dehors dans l’acte II, une chambre petite et peu accueillante pour le troisième acte, et enfin un jardin triste bordé d’une forêt aux arbres inquiétants pour le dernier acte. La lumière est aussi très utilisée, créant des effets d’enfoncement dans la misère : et particulièrement, les scènes se passant dans l’ombre sont très impressionnantes et soulignent le talent des acteurs : distinguant à peine leur visage, se déplaçant très peu, ils parviennent pourtant à donner une intensité évidente à leur jeu : leur voix, leurs nuances, leurs silences suffisent à exprimer et à transmettre au spectateur les sentiments les plus profonds de la pièce. La tension dramatique est également renforcée par la présence d’une violoniste exceptionnelle, qui a plusieurs reprises joue, lors des changements de décors, permettant ainsi une transition en douceur entre les différents actes sans casser le rythme de la pièce. Jouant des airs russes avec une sensibilité certaine, impossible de ne pas être touché : et l’entrée dans le dernier acte s’est fait, pour moi, les larmes aux yeux. Mais cette émotion était également due au jeu des comédiens du Français.
Il me paraît délicat de parvenir à tous les citer. Mais tout d’abord, je me dois de revenir sur ces trois actrices incarnant les rôles éponymes : Florence Viala, l’aînée (Olga), Elsa Lepoivre, la cadette (Macha), et Georgia Scalliet, la benjamine (Irina). Toutes trois sont soeurs de Prozorov (Stéphane Varupenne). Elles sont, dans cette pièce, un symbole de distinction, de bonne éducation. Bien que possédant des caractères différents, elles restent fines, raffinées, élégantes, mais pas non plus précieuses. Ce sont des personnages très agréables, et présentés par les trois actrices, ils n’en deviennent que plus attachants encore. Mais il réside quand même, ici, le seul bémol de la pièce à l’armure si propre. Si Florence Viala incarne la délicatesse et l’intelligence, sentiments qui lui siéent si bien, avec tant de naturel, si Elsa Lepoivre est poignante et profondément touchante, nous présentant une Macha troublée par un autre homme que son mari, … Si ces deux actrices nous émeuvent tant, la troisième en est assez loin – et c’est bien dommage. Georgia Scalliet, ce n’est pas la première fois que je la vois, ce n’est pas la première fois que je critique son jeu : hier, j’avais devant moi autant Irina qu’Alcmène, Cressida autant que Viviane. Par chance, la platitude de sa voix et son jeu quelque peu vide n’étaient pas non plus opposés à son rôle. Mais c’est gênant, terriblement gênant que ce personnage, dont l’évolution doit être marquée au fil des actes, soit incarné par une actrice si monotone. Elle qui devrait tant nous émouvoir par instant parvient à peine à maintenir l’attention sur elle. Lorsqu’à côté, Elsa Lepoivre prononce un « J’aime » qui me donne des frissons, un « J’aime » qui résonne si bien face à celui de Phèdre, un « J’aime » clair et honnête, juste un mot qui nous montre la profondeur se son jeu, sa soeur cadette fait bien pâle figure. Heureusement, là est le seul point négatif de la pièce. Au cas où je ne mentionnerai pas tout le monde, il faut savoir que tout les acteurs sont excellents. Éric Ruf, terrifiant dans ses sautes d’humeur, impressionnant de par sa voix grave et son jeu brusque, contrastant avec la délicatesse d’Éric Génovèse, calme et posé, mais lourd de tristesse car peut-être résigné ? Stéphane Varupenne, dont l’évolution est nette mais pourtant progressive (Stéphane Varupenne qui nous a tant impressionné cette année et qu’on attend comme sociétaire !) ! Coraly Zahonero, la cruauté même, contraste évident et remarquablement marqué avec les autres personnages féminin, malveillante au possible, mais toujours dans la mesure, sans jamais tomber dans la caricature de la méchanceté. Michel Vuillermoz. Un Michel Vuillermoz déchirant et déchiré, qui, lors d’une scène avec Elsa Lepoivre, m’a fait pleurer à chaudes larmes. Gilles David, incarnant un mari trompé mais feignant la joie : on n’aurait pas pu trouver meilleure distribution : l’acteur, qui a l’air profondément gentil et humain, est plus que crédible dans sa tentative de rester joyeux malgré les tromperies de sa femme. Danièle Lebrun, touchante dans son rôle de nourrice, qui malgré sa petite partition parvient à faire vivre son rôle sans en rajouter, simplement par sa présence constante et le talent avec lequel elle marque ses apparitions.
Vous l’aurez compris, il y a actuellement au Français un Tchekhov immanquable. A tous ceux qui pourraient rejeter cet auteur comme je l’avait fait, il faut voir cette pièce. On en sort bouleversé. Au Français, j’ai toujours des problèmes de voisinage. Mais hier j’ai rarement eu une salle aussi sage et tranquille, prise dans l’histoire, dans l’étendue de vide, d’ennui, mais parsemée de sentiments, que nous présentaient merveilleusement ces acteurs. Et au salut … Une ovation. Amplement méritée.

Une leçon de Théâtre. Oserai-je dire une leçon de Vie ? ♥ ♥ ♥

diapo1213_troissoeurs.jpg

Fin de Partie, Théâtre de la Madeleine

Findepartie-T.Madeleine-Serge-Merlin-et-Jean-Qhentin-Chate.jpg

Critique de Fin de Partie, de Samuel Beckett, vu le 21 mai 2011 au théâtre de la Madeleine
Avec Serge Merlin, Jean-Quentin Châtelain, Michel Robin, et Isabelle Sadoyan, mise en scène d’ Alain Françon

Pour qui ne connaîtrait pas Beckett, cela pourrait être très déroutant … Je ne connaissais pas bien Beckett (j’avais juste étudié des extraits d’En attendant Godot), j’ai été déroutée.

Tout d’abord, il faut se faire à l’idée qu’il n’y a pas d’histoires réelle ; on part d’un rien, et je ne sais même pas si l’on peut dire que l’on arrive à quelque chose … Le temps a passé entre le début de la pièce et la fin, les personnages en sont conscients, ils nous le font d’ailleurs remarquer par des phrases, répétitives, comme « C’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir » ou encore « quelque chose suit son cours » … Tout tourne autour d’une fin, probable (et même certaine), dans un avenir plus ou moins proche … Les personnages attendent cette fin, la désirant parfois, ou repoussant le moment à plus tard … Il n’y a donc pas de réelle histoire, on attend, on se demande à quoi l’auteur essaie de nous mener, on est étonné par le manque de sentiments dans la pièce … Pas d’amour, pas de gaieté, même pas d’amitié … Je ne saurais même pas « classer » la pièce ; elle n’est pas tragique car on rit, parfois ; mais elle n’est pas non plus comique, à cause notamment des thèmes abordés, de la vie morne des personnages, de leur lassitude, de leurs problèmes, de leurs maladies. La mort rôde, elle emporte même un des personnages …

Il faut aussi préciser que, chez Beckett, et c’est un de ses « marqueurs différentiels », les personnages mis en scène sont souvent des SDF, quelquefois avec un fort taux d’alcool dans le sang (pour ne pas dire bourrés), et qui mènent une vie de misère ; ici, 4 personnages : Hamm, un homme aveugle, dans l’incapacité de se lever, en fauteuil roulant, magistralement incarné ici par Serge Merlin ; cet homme, qui m’était tout à fait inconnu, est un véritable monument du théâtre … Il semble créer la misère autour de lui alors qu’il attend la vie … Son jeu, et tout particulièrement son jeu de main (il agite beaucoup ses doigts, c’est très particulier à expliquer, mais cela rend très bien sur scène), a retenu mon attention ; il se montre extrêmement autoritaire (comme le veut son rôle) envers Clov, qui sort d’on ne sait où (son fils, peut-être ? Ce n’est pas très clair), qui l’aide dans sa vie quotidienne, et qui est un peu son opposé ; en effet, contrairement à Hamm qui ne voit pas et doit rester assis, lui ne peut se poser sur une chaise et ses sens sont en parfait état de marche, voilà pourquoi il est au service de Hamm depuis un bon nombre d’années, à ce qu’on peut comprendre. Jean-Quentin Châtelain m’a beaucoup étonnée, il semble souffrir le martyre, plié en deux pendant 2 heures, avec des mouvements de l’ordre de ceux d’un rat, ou d’une souris, enfin de ces animaux qui bougent très vite, et dont on ne peut prévoir les intentions. Il est presque le dernier élément qui paraît « en vie » dans cette sorte de trou, de puit, de vide où les personnages vivent. Cette sensation de vide est renforcée par un décor gris, très haut, mais dont les murs sont bien fermés, et qui ne semble laisser aucun échappatoire. Les parents de Hamm sont également présents, Nagg et Nelle, Michel Robin et Isabelle Sadoyan, très naïfs, très âgés, très pâles, affamés, sortant de poubelles, dormant une bonne partie du temps, attendant la mort, ou des confiseries qui ne viendront jamais.

On participe à la misère de ces gens, à leur vie monotone, toujours dans les mêmes tons, enfermés, coupés du monde et de la lumière, quelque part, sur Terre.

En clair, c’était totalement … Absurde.

Notons également que toutes les mises en scène de Beckett se ressemblent beaucoup, car cet auteur a la particularité d’indiquer absolument tous les détails dans ses pièces ; on peut ainsi lire « Clov va se mettre sous la fenêtre à gauche. Démarche raide et vacillante. Il regarde la fenêtre à gauche, la tête rejetée en arrière. Il tourne la tête, regarde la fenêtre à droite. Il va se mettre sous la fenêtre à droite. Il regarde la fenêtre à droire, la tête rejetée en arrière. Il tourne la tête et regarde la fenêtre à gauche. » Cela met déjà dans l’ambiance de répétitions de la pièce !

Malgré tout, il me semble que j’ai assisté à une excellente mise en scène, qui ne laisse pas indifférent.