Lamy puissance 4

ve-nus-phacoche-re.jpgCritique de La Vénus au Phacochère, de Christian Siméon, vu le 6 juin 2013 au théâtre de l’Atelier
Avec Alexandra Lamy, dans une mise en scène de Christophe Lidon

C’est par pure curiosité que j’ai décidé d’aller voir ce spectacle : Alexandra Lamy sur scène, qu’est-ce que ça pouvait bien donner ? Bien que la pièce semblait peu attrayante, j’ai tout de même tenté les places de dernier moment au théâtre de l’Atelier (10€ pour les -26 ans, super offre !), et j’ai donc assisté hier à la première de la reprise de son spectacle : La Vénus au Phacochère. Peu attrayante, car la pièce est une succession de lettres, et fonctionne uniquement ainsi : tout d’abord entre 3 personnages, Misia, une de ses amies Geai Simpson, et son mari Thadée, auquel viendra s’ajouter plus tard Alfred Edwards, le fameux phacochère. Misia est pianiste, Thadée est fondateur de la Revue Blanche et nous sommes au début du XXe siècle. Elle est fidèle à son mari, parfois un peu trop soumise même, affirmant cependant sa liberté peu à peu … Mais sa rencontre avec Edwards risque de chambouler son mode de vie : cet homme, infect, va prendre une place grandissante dans sa vie au fil de la pièce.
Si il y a un spectacle dans lequel je n’attendais pas Alexandra Lamy, c’est bien celui-ci. Choix étonnant que cette pièce épistolaire au sujet inhabituel, et surtout seule en scène. Je la voyais plutôt dans une comédie. Mais l’actrice a plus d’une corde à son arc et m’a totalement scotchée. A peine quelques mots prononcés qu’on est emportés dans son histoire, elle jongle avec facilité entre ses lettres et ses différents rôles … Qu’elle tient à merveille, soulignons-le ! En tout, 4 personnages, dont un plus tardif que les autres. On reconnaît aisément Alexandra Lamy dans le rôle de Misia, c’est sa voix, ses intonations, son port. Pas de composition particulière pour ce rôle là. Mais lorsqu’elle incarne Geai, par exemple, quels changements ! Une voix plus imposante, des inflexions nouvelles, plus de liberté dans les gestes … Tout en elle semble changé, même la carrure de l’actrice, qui nous apparaît soudainement avec plus de force et de hauteur. Changement tout aussi radical dans son interprétation de Thadée, que l’on identifie immédiatement comme un homme mondain et surchargé, misogyne sur les bords, mais malgré tout amoureux. 
Le jeu d’Alexandra Lamy est donc impressionnant sur tous les points. Elle nous raconte cette histoire avec un talent que je ne lui connaissais qu’au cinéma, peut-être même plus encore. Elle est comme transcendée par la scène, créant rires et angoisses dans la salle, jouant aisément avec les différentes émotions de ses personnages et du public, jonglant avec brio entre télégrammes et lettres plus ou moins longues, parvenant à tisser un fil continu sans coupes ni temps mort, même lors des transitions entre les lettres. La mise en scène sobre permet une certaine liberté dans l’évolution des personnages, et probablement dans le jeu de l’actrice qui peut alors dévoiler pleinement son talent.

Une Vénus pareille ne se manque pas … Courez-y ! ♥ ♥ ♥

3107757775.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s