Un boulevard presque parfayet

TdP_DGI_40x60_sRVB

Critique des Gens intelligents, de Marc Fayet, vu le 27 août 2014 au Théâtre de Paris
Avec Marc Fayet, Gérard Loussine, Lisa Martino, Lysiane Meis, Marie Piton, et Stéphan Wojtowicz, dans une mise en scène de José Paul

Des Gens intelligents, c’est avant tout des acteurs que je souhaitais revoir. Marc Fayet et Gérard Loussine m’avaient laissé un souvenir impérissable dans Un petit jeu dans conséquence, vu il y a quelques années, mais également Lysiane Meis, que j’avais découverte dans Un Fil à la Patte avec José Paul, un duo qui fonctionnait à merveille. J’avais déjà retrouvé le trio une fois dans Jacques a dit, dont Stéphan Wojtowicz faisait également partie : les revoir dans une comédie de Marc Fayet me semblait donc incontournable. Et c’est avec le même ravissement que je suis sortie du Théâtre de Paris après la première du spectacle, le 27 août.

C’est une banale histoire de couple qui lance la pièce : David a quitté Chloé, et il l’annonce à ses deux amis, Alexandre et Thomas. Il leur raconte la scène, dans laquelle il argumentait pour prouver à Chloé que le meilleur pour eux deux était la séparation, et l’étrange réaction de Chloé : elle reste parfaitement impassible. Ce comportement, analysé successivement par les hommes puis les femmes, entraînera suspicion et doute des deux côtés du couple, et les sous-entendus comme les non-dits entraîneront le spectateur, lui-même incertain, dans leur chute.

J’ai souvent peur lorsque je vais voir des pièces de boulevard écrites par des auteurs contemporains : peur d’assister à une pâle imitation de Feydeau, de tomber dans le ridicule ou le grotesque, dans une abondance de clichés inintéressante ou dans quelque chose de déjà fait. Là, c’est vrai que Marc Fayet base sa pièce sur des clichés : celui de l’homme aux nombreuses maîtresses, de la femme suspicieuse et vengeresse… Mais la mise en scène de José Paul, colorée et entraînante, ainsi que l’écriture bien dosée et rarement lourde de la pièce, parviennent à effacer ce côté basique de la pièce pour en faire un boulevard très correct et agréable, drôle et convaincant. On passe une très bonne soirée, et le spectacle est d’autant plus intéressant qu’il est interprété par des acteurs de talent qui savent nous faire rire.

Lysiane Meis est une actrice qui me fascine. Elle n’a qu’à apparaître sur scène pour que son sourire amadoue toute la salle, que sa tonicité et son enthousiasme associés à son parler tout à fait naturel nous convainquent totalement. Elle interprète ici la femme d’Alexandre, à qui Marc Fayet a donné quelques petits défauts lexicaux, parfaitement dosés et insérés dans la pièce : et entendre Lysiane Meis refuser de « manger des vessies pour des lanternes », avec un air d’innocence affiché, c’est hilarant. L’autre acteur dont le talent comique est indéniable, c’est Gérard Loussine. Toujours cantonné dans le même genre de rôle, c’est vrai, il y excelle : l’ami un peu paumé, bien gentil, toujours un peu à côté de la plaque, et qui évidemment sort une énorme gaffe au moment où on s’y attend le plus, Loussine l’interprète avec simplicité et talent.

Marc Fayet, quant à lui, interprète David, celui qui lance l’histoire. Toujours dans une certaine forme de précipitation mesurée, il lui arrive cependant de s’emporter et de faire rire le public avec quelques bégaiements peut-être parfois trop appuyés. Si il a bien dosé sa pièce, il faut qu’il dose aussi les côtés comiques de son rôle pour ne pas en faire trop. Stephan Wojtowicz interprète le dernier personnage masculin, d’abord plus posé et calme que ses amis, donc d’autant plus surprenant et drôle lorsqu’il commence à s’énerver. Il est difficile de commenter le jeu des deux autres personnages féminins, car l’attention que Marc Fayet a apporté aux dialogues féminins semble moins importante que celle accordée aux dialogues masculins… ou peut-être a-t-il simplement plus de facilité pour s’imaginer l’un que l’autre… Finalement, leurs rôles ont une partition moins intéressante dont elles s’accordent relativement bien, puisqu’elles sont toutes deux très convaincantes : Lisa Martino en femme réfléchie et mesurée, qui réussit à créer le doute chez son compagnon, et Marie Piton dans son rôle de Corse imposante et presque dominatrice.

C’est donc un spectacle donc plutôt réussi que ces Gens Intelligents au théâtre de Paris ; on pourrait lui reprocher certains détails un peu gênants tels que son hétérogénéité : on rit beaucoup lors des scènes entre hommes par exemple, alors que les scènes de couple sont moins abouties. Et comme l’action est coupée par les tableaux, forme de plus en plus courante aujourd’hui et qui n’est pas forcément la plus théâtrale, les fluctuations en sont d’autant plus marquées : on sent une lourdeur lorsqu’une scène de couple un peu lente suit une scène de trio masculin très drôle. Enfin, et puisque j’aborde les points négatifs, je ne suis absolument pas convaincue par la fin de la pièce : clôture trop facile et manque d’idées, c’est bien dommage de finir un boulevard si agréable et divertissant par une narration trop farfelue.

Un spectacle absolument… virevoltant ! (comprenne qui pourra !) ♥ ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s