Méritait-il la Une ?

Critique de Une télévision française, de Thomas Quillardet, vu le 13 janvier 2022 au Théâtre des Abbesses
Avec Agnès Adam, Jean-Baptiste Anoumon, Émilie Baba, Benoît Carré, Florent Cheippe, Charlotte Corman, Bénédicte Mbemba, Josué Ndofusu, Blaise Pettebone et Anne-Laure Tondu, dans une mise en scène de Thomas Quillardet

C’est le spectacle dont tout le monde parle depuis des mois, il est donc logique que je finisse moi aussi par en entendre parler. Après avoir manqué L’arbre, le Maire et la Médiathèque présenté au Théâtre de la Tempête la saison dernière, je me dis que cette Télévision française est l’occasion de me rattraper, d’autant que je vois peu de théâtre documentaire alors que j’aime ça. Un spectacle sur la privatisation de TF1 pour quelqu’un comme moi qui suit attentivement l’évolution des medias, ce devrait être du pain béni.

C’est quand j’ai entendu parler du spectacle pour la première fois que j’ai appris que TF1 avait autrefois été public. C’est dire si j’avais des choses à apprendre sur cette période ! Et c’est probablement pour ça, aussi, que j’en ressors aussi déçue. J’ai l’impression que l’essentiel, la privatisation en question, est dans le pitch du spectacle, et que ce qui nous est montré sur scène est plutôt de l’ordre de l’anecdote.

Le spectacle s’ouvre sur un JT, et donne ainsi la tonalité pour le reste du spectacle. Du JT, de l’information, on va nous en servir ! La catastrophe nucléaire de Tchernobyl occupe tout le début du spectacle, et, si cela évoque probablement des souvenirs pour une certaine génération, cela reste très informatif et ne me permet pas d’entrer vraiment dans le spectacle. L’introduction est un peu longue, un peu lente, se laisse le temps de présenter les différents protagonistes, leurs relations, l’ambiance générale et les tensions qui peuvent exister au sein de la rédaction. Alors tout en me familiarisant avec cet univers, j’admire la démonstration technique qui est faite sur scène, avec ces murs qui bougent et ces fenêtres qui s’ouvrent un peu partout pour donner une impression de vie en ébullition sur ce plateau en constant mouvement.

© Pierre Grosbois

Scénographiquement, il y a de bonnes idées, et pourtant quelque chose ne prend pas. Où est la frénésie qui devrait agiter cette rédaction ? Il y a plein de tentatives pour la représenter, mais elle n’est pas réellement présente sur scène : en témoigne cette soirée précédant le premier jour de TF1 devenu chaîne privée, qui donne un aperçu loufoque de la ligne éditoriale qui sera adoptée par la chaîne et qui aurait pu être un chouette moment de théâtre, mais dont le rendu est étonnamment fade.

La deuxième partie du spectacle, qui présente le tournant adopté par TF1 une fois la privatisation actée, ne se dynamise pas vraiment. Au contraire, elle a parfois tendance à s’enfoncer dans une succession de ce que j’appellerai des « images d’archives théâtralisées », qui certes peuvent nous faire sourire, comme c’est le cas pour l’imitation de François Mitterrand et de son mythique « mais vous avez tout à fait raison Monsieur le Premier Ministre », mais finissent malgré tout par nous perdre. Je n’ai pas tout saisi des enjeux de la privatisation, les enchaînements des scènes et les différents changements de personnages ne sont pas toujours très clairs, on ne sait pas trop où on va.

J’aurais voulu en apprendre davantage et c’est surtout la déception qui parle. Plus objectivement, cela reste un bon travail, peut-être davantage un travail d’archiviste quand j’aurais souhaité une analyse plus claire de cette décision fondamentale pour l’audiovisuel public, de sa genèse, de son application, de ses conséquences directes et indirectes. J’en ressors néanmoins avec une meilleure connaissance de l’évolution de la TF1, de l’arrivée des chaînes d’information en continu, de la dictature de l’audimat et des sacrifices éditoriaux qu’elle impose. C’est un voyage au pas dans lequel il faut parvenir à se laisser porter d’une époque à une autre, des pattes d’éléphants aux jeans slims, des pulls bariolés aux costard-cravates, des manches ballons aux tee-shirts cintrés.

On ne passe pas un mauvais moment, mais peut-être qu’1h30 auraient suffi.

© Pierre Grosbois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s