Dom Juan, Comédie-Française

gp1213_domjuan-copie-1.jpegCritique de Dom Juan, de Molière, vu le 29 septembre au Théâtre Éphémère (Comédie-Française)
Avec Alain Lenglet, Julie Sicard, Loïc Corbery, Serge Bagdassarian, Clément Hervieu-Léger, Pierre Louis-Calixte, Suliane Brahim, Jennifer Decker, Jérémy Lopez, et Jean-Michel Rucheton, dans une mise en scène de Jean-Pierre Vincent

Je disais dans ma précédente critique, qu’il existait ce genre de pièce où il fallait trouver L’Acteur. Il me paraît évident que Dom Juan en fait partie. Le personnage éponyme mène le jeu, il est en quelque sorte le metteur en scène de cette histoire. Du moins pense-t-il l’être. Il doit tout de même guider ses personnages, et donc jouer avec eux. D’après moi, c’est impératif. Et l’un des principaux problèmes était que, ce soir là, lors du 1er acte surtout, les acteurs n’étaient pas ensemble.
Séparément ? Un régal. Mention spéciale à Serge Bagdassarian, très grand Sganarelle. Peureux, craignant le Ciel et son courroux, mais attachant, j’ai découvert une facette de son personnage que je ne connaissais pas : il semblait très attaché à son maître. Mais LA scène de Sganarelle, son petit moment de gloire à lui, toujours relégué derrière son maître, c’est sans doute la scène où il cherche à démontrer le fond de sa pensée à ce dernier, et où, embrouillé, il finit par tomber. D’une légereté impressionnante, il se met à danser devant nous, à sautiller, de plus en plus vite, toujours avec autant de précision : la salle rit aux éclats, c’est vraimnet réussi. On retrouve également une excellente Suliane Brahim, sa voix et son jeu si touchants se prêtant ici merveilleusement à son rôle d’Elvire, femme épousée puis rejetée, qui suit Dom Juan alors qu’il la fuyait. Comme à l’habitude, j’ai adoré Julie Sicard, qui, avec Jérémy Lopez, compose une paysanne tellement crédible qu’on a du mal à croire que Dom Juan puisse en tomber amoureux. Ou même la trouver jolie, puisqu’elle se crée même un visage, boudeur et renfermé, peu séduisant. Jérémy Lopez, quant à lui, est vraiment … adorable. Je ne saurais trouver d’autre mot. Son amour pour Charlotte (Julie Sicard), compromis par Dom Juan, le rend tout triste, tout peiné, et la manière dont il cherche à la reprendre à Dom Juan, peu convaincante, reste touchante.
Pour ce qui est des personnages un peu plus secondaires à présent .. Clément Hervieu-Léger est parfait. Il joue Don Carlos (frère d’Elvire) avec tant de conviction et de vivacité qu’on pourrait prendre son personnage pour le rôle principal. Son timbre de voix, ses intonations de fin de phrase, et sa diction, sont parmi les plus belles du Français. Enfin, c’est là un de ses nombreux talents, et il est avant tout un excellent comédien. Comme à son habitude également, Pierre Louis-Calixte compose différents personnages comiques très réussis.
Oui mais, vu comme ça, le spectacle a l’air très bon. Ce n’est pas le cas. En effet, comme je l’ai souligné précédemment, les acteurs ne jouent pas franchement ensemble (enfin, soyons honnête, plus le spectacle avance et mieux c’est !). Et puis, point négatif assez important : Loïc Corbery. Embêtant lorsqu’on incarne le rôle principal. Dérangeantes, l’articulation bien trop exagérée et les intonations « fausses » de fin de phrases. Agaçant, ses cris incessants. Décevantes, ses longues tirades dont le sens n’est pas bien mis en lumière. C’est dommage, car il peut être très bon, mais ce défi, de lui confier le rôle, semblait perdu d’avance … Il n’est définitivement pas convaincant.
Et puis … Comment interpréter la fin ? Oui, car Jean-Pierre Vincent a décidé que, après avoir serré la main au Commandeur et s’être effondré sur le sol, Dom Juan se relèverait, comme si de rien était. J’ai pensé un instant que cette fin signifiait une absence de « Ciel », mais cela ne convient pas, puisque le Commandeur est présent dans la pièce, et que Dom Juan lui serre la main à la fin. L’idée semblait bonne, mais malheureusement assez mal menée …
Enfin, pour conclure sur une note (un peu) positive, on ne peut pas dire qu’on s’ennuie durant ces 3 heures. C’est un Dom Juan plus comique que sombre, ce qui rappelle le Tartuffe de Marion Bierry : serait-ce à la mode de traiter Molière de manière légère ? 

Assez délicat pour moi de noter ce spectacle … Je n’en ai pas un immense souvenir, mais ce n’était pas non plus mauvais. De plus, j’aurais vraiment souhaité voir un très bon Dom Juan, pour me réconcilier avec cette pièce que j’ai du mal à apprécier … Peut-être en attendais-je trop ? ♥ ♥

thumb.jpeg

Une réflexion sur “Dom Juan, Comédie-Française

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s