Biographie : un beau jeu de rôle

Critique de Biographie : un jeu, de Max Frisch, vu le 23 mars 2022 au Théâtre du Rond-Point
Avec José Garcia, Isabelle Carré, Jerôme Kircher, Ana Blagojevic, Ferdinand Régent-Chappey, dans une mise en scène de Frédéric Belier-Garcia 

C’était pour Golshifteh Farahani que j’avais réservé ce spectacle : la comédienne est rare sur les plateaux de théâtre, et j’étais ravie de pouvoir la découvrir enfin. Quelle ne fut pas ma surprise – et ma déception – en apprenant qu’elle était finalement remplacée par Isabelle Carré. J’aime beaucoup Isabelle Carré, je l’ai vue plusieurs fois sur scène et c’est toujours un plaisir, mais ce sont deux comédiennes très différentes et j’avais du mal à comprendre ce changement de distribution. Mais tout cela était plutôt de l’ordre du caprice puisque, de toute façon, je ne connaissais pas la pièce. Verdict : Isabelle Carré y est parfaite et le spectacle est une réussite.

Bernard a cinquante ans et lorsqu’il regarde ce qu’a été sa vie, il se demande si sa rencontre avec Antoinette, la femme qu’il a épousée, a été davantage une chance ou une torture. Alors il décide de jouer à un jeu, le jeu de la biographie. Dans ce jeu, orchestré par une personne tierce, le meneur, on lui donne la possibilité de changer le cours de son existence en modifiant une parole, une réaction, un geste effectué. Cette modification, la plus infime soit-elle, peut avoir des conséquences sur tout le reste de sa vie. Alors, il faut bien choisir. Et ne pas la regretter.

C’est tout à fait le genre de texte que j’aime. On joue avec les temporalités, on touche à cette vérité fugace des conséquences d’une décision qui sur le moment paraît futile, on parle de sujet assez graves – la mort, les regrets, les remords – sur un ton plutôt léger puisqu’après tout, on est dans un jeu. Et pour rendre ce moment drôle et ludique autant que profond et sérieux, il faut une parfaite maîtrise de l’équilibre entre texte, mise en scène, et jeu des comédiens. Un numéro de funambule exécuté ici à la perfection.

C’est un texte assez singulier, aux accents parfois pinteriens. Il faut se laisser porter, accepter parfois de ne pas tout comprendre, de laisser une place au surnaturel. J’avais la chance de découvrir le texte, avançant à l’aveuglette avec les personnages dans leur recherche de la scène à changer. On cherche à deviner, avec eux, quel mot aura quelle conséquence, quelle est l’intonation qui sera déterminante pour la suite. C’est un terrain de jeu infini pour les comédiens, où tout se joue dans la nuance, et où les personnages se livrent, petit à petit, malgré eux, à travers leurs actes, leurs paroles, leurs introspections.

C’est un travail d’une infinie cohérence. Pour faire sortir la substantifique moelle de la pièce, il faut s’appuyer entièrement sur la compréhension intérieure du texte. Et c’est ce que Frédéric Belier-Garcia semble avoir fait, s’appuyant intégralement sur la parfaite traduction de Bernard Lortholary. Tout part des mots, de ce qui se dit, de se qui s’échange. Les personnages se dessinent petit à petit, prennent une consistance, se révèlent à eux-même et au monde à travers leur partition et leur regard sur leurs actions passées. Les comédiens excellent dans cet exercice. Jérôme Kircher est un meneur idéal, légèrement inquiétant, toujours fascinant, proposant un jeu légèrement décalé par rapport au reste de la distribution qui donne soudain l’impression qu’il ne vient pas du même monde que les autres. Ses assistants, incarnés par Ana Blagojevic et Ferdinand Régent-Chappey, sont eux aussi redoutables de malice et amènent une dose d’humour bienvenue quand le jeu tourne au cauchemar. Isabelle Carré et José Garcia forment une très beau duo, la présence de la première contrastant avec la fragilité du second. Ce couple-là, on y croit, c’est dans la chair que ça se passe.

Entrer dans ce jeu, c’est entrer dans un cerveau qui sans cesse fait et refait ce qu’il a vu, et vécu. Et prendre le risque de jouer, à son tour, à la sortie. ♥ ♥ ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s