Des Zard-tistes comme on les aime

Critique de Dénis Douillets, de Noémie Zard, vu le 26 mars 2022 au Théo Théâtre
Avec Louis Carlier, Bénédicte Fantin, Charlotte Jouslin, Mehdi Merabtène, dans une mise en scène de Noémie Zard

Cette année, je souhaitais voir plus de spectacles de compagnies émergentes. J’ai voulu prendre mon temps pour ça, pour le faire bien, attendant d’avoir suffisamment de recul pour juger au mieux du potentiel d’un spectacle. On ne vient pas chercher la même chose chez les jeunes compagnies que chez des troupes déjà bien en place. Il faut accepter une certaine maladresse parfois, parvenir à passer outre, voir plus loin. Je pensais aujourd’hui avoir la maturité nécessaire pour apprécier pleinement un travail qui se cherche encore. Mais ce n’est pas avec Dénis Douillets que je pourrai le vérifier : le spectacle est déjà bien trop accompli pour cela !

On se retrouve au coeur d’un immeuble comprenant quatre appartements, clairement délimités sur scène par quatre zones occupée chacune par un comédien. Les personnages sont voisins, on les découvre dans leur quotidien, on apprend à les connaître, ils nous dévoilent leurs espérances et leurs peurs, mais aussi le sentiment que provoquent les cris qu’on entend parfois et qui semblent venir de la voisine du premier étage. Tous l’entendent, tous ont leur propre manière de composer avec.

Quand j’ai appris que la pièce parlait des violences faites aux femmes, j’avoue avoir un peu grimacé. Des spectacles engagés sur la condition féminine, j’en ai vu, recoupant souvent les mêmes tares d’un texte à l’autre, oubliant le théâtre au profit d’une espèce de moralisme lourd et souvent mal amené. Alors quelle ne fut pas ma surprise lorsque je me suis retrouvée face à un spectacle purement théâtral. Le théâtre est partout, il est à la base de l’écriture, et c’est de lui que naît le sujet dont on veut parler, aussi engagé soit-il, et non l’inverse ! Pour un premier texte, c’est déjà la marque d’une grande maturité.

Le coup de maître, c’est d’avoir abordé ce sujet de manière indirecte. Il s’agit avant tout d’une histoire qu’on nous raconte : l’histoire de ces quatre personnages qui vivent dans cet immeuble. Et tout se met en place progressivement, naturellement. On évoque les violences faites aux femmes à travers ce que les cris de la voisine provoquent chez chacun des personnages, sans non plus braquer les projecteurs sur elle et chercher à tirer les larmes. La tension s’installe, elle monte petit à petit avec les inquiétudes de chacun, accentuée par des effets sonores qu’on aurait pu encore accroître ou rythmer différemment, et soudain cela devient le sujet principal du spectacle comme une évidence qui s’impose.

La mise en scène est maîtrisée, ne laissant de place à aucun temps mort, les scènes s’enchaînent bien et le principe d’alternance entre chaque personnage permet de toujours maintenir l’attention. Les quatre comédiens incarnent des personnages très caractérisés, des quotidiens différents, des attitudes opposées. La scénographie est travaillée, la régie impeccable, donnant vie à cet immeuble à la manière de Perec. On perd un peu en souffle lorsqu’approche la fin du spectacle, les enjeux de certains voisins pouvait parfois tourner en rond, mais la bascule d’une vie à l’autre permet d’éviter de perdre le spectateur. Les deux comédiens et les deux comédiennes mettent une belle énergie pour défendre leur personnage, enchaînant les tableaux sans accro, faisant de nous le cinquième voisin de cet immeuble qui naît sous nos yeux. Un voisin attentif et rieur, parfois sombre aussi quand les vrais questions se posent.

Un premier travail prometteur de la Compagnie Les Souffleurs de braises. Nous suivrons la suite ! ♥ ♥

© Olivier Tresson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s